BFM Business

Wolfgang Schäuble est "sûr" que la BCE n'outrepasse pas son mandat

Wolfgang Schäuble adresse un satisfecit à la BCE.

Wolfgang Schäuble adresse un satisfecit à la BCE. - -

Le plan anti-crise de la Banque centrale européenne est examiné par la Cour Constitutionnelle allemande, ce mardi 11 juin. Auditionné par les sages, le ministre allemand des Finances est convaincu que l'institution agit en respectant son mandat.

Wolfgang Schäuble donne raison à la Banque centrale européenne (BCE). Ce mardi 11 juin, ainsi que mercredi 12 juin, la Cour constitutionnelle allemande examine le plan anti-crise de l'institution européenne, pour vérifier sa conformité avec la loi fondamentale allemande.

Toute la question est de savoir si le programme exceptionnel de rachat de dettes de la BCE ne contredit pas le mandat qui lui est assigné.

Auditionné ce mardi, le ministre allemand des Finances a été clair: "je suis sûr que la BCE agit dans le cadre de son mandat", a déclaré Wolfgang Schäuble, en arrivant à Karlsruhe, ville où siège la Cour constitutionnelle.

Sur ce point, le gouvernement allemand parle d'une même voix. "Nous allons aujourd'hui expliquer que le MES (Mécanisme européen de stabilité, ndlr) est important et que la BCE fait ce qui est nécessaire pour assurer la stabilité des prix", avait déjà déclaré lundi la chancelière allemande Angela Merkel, lors d'un discours devant un parterre d'industriels à Berlin.

La BCE se défend

"Les actions précédentes, du premier programme grec au MES, ont toutes été discutées devant la Cour constitutionnelle, mais ont toujours été approuvées toutefois avec des conditions", ajoutait-elle.

La BCE a toujours expliqué que son programme d'aide était conforme à son mandat, car il permet de préserver la cohérence de la zone euro et veiller donc à la stabilité des prix dans l'union monétaire, son objectif premier. Mais la Bundesbank (équivalent allemand de la Banque de France) conteste cette affirmation, estimant que la BCE enfreint l'interdiction qui lui est faite de financer directement les pays.

Son président, Jens Weidmann, tout comme le membre du directoire de la BCE, Jörg Asmussen, seront eux aussi auditionnés par les sages allemands, pour défendre les points de vue de leurs institutions respectives.

>> A LIRE AUSSI-Le plan anti-crise de la BCE examiné par les juges allemands

Julien Marion avec AFP