BFM Business

Valls promet aux agriculteurs une année blanche sur les dettes bancaires

Manuel Valls a annoncé des mesures aux agricultures.

Manuel Valls a annoncé des mesures aux agricultures. - François Nascimbeni - AFP

Manuel Valls a annoncé une série de mesures, ce jeudi 3 septembre pour aider les agriculteurs. Les aides aux agriculteurs vont permettre 3 milliards d'euros d'investissements "en 3 ans".

Face à la grogne des agriculteurs, Manuel Valls a tenté d'apaiser les tensions. "La France ne lâchera pas ses agriculteurs. Le désespoir, l'humiliation, la colère, nous les entendons. Et avec le gouvernement (...) nous y répondons", a-t-il dit.

Le Premier ministre a annoncé de nouvelles mesures de soutien, après le premier plan consacré aux éleveurs en juillet, avec un fort accent mis sur les aides aux investissements. Les aides versées par l'État, les régions et l'Union européenne seront portées "à 350 millions d'euros par an pendant trois ans", a dit Manuel Valls. Les aides aux agriculteurs vont permettre 3 milliards d'euros d'investissements "en 3 ans"

Un chantier sera ouvert "pour que la fiscalité agricole prenne mieux en compte la volatilité des prix" agricoles et favorise l'installation des jeunes agriculteurs. 

Dans l'attente d'un rapport qui doit être remis ce mois-ci au gouvernement, les subventions de l'Etat pour la modernisation du secteur abattage/découpe sont portées pour 2015 de 20 millions à 50 millions d'euros.

Alignement de la cotisation maladie sur le régime des indépendants

Répondant à l'une des principales revendications des agriculteurs, Manuel Valls a également annoncé une "année blanche" en 2015 pour le remboursement des dettes bancaires des agriculteurs en difficulté qui en feront la demande. Les prises en charge des intérêts d'emprunt seront elles doublées pour atteindre 100 millions d'euros et les prises en charge des cotisations sociales seront triplées pour atteindre 50 millions, a-t-il indiqué.

En outre, un alignement de la cotisation maladie sur le régime des indépendants permettra de réduire les charges sociales agricoles de 50 millions d'euros.

Manuel Valls a également fustigé "l'excès de réglementation" et promis la mise en place d'une nouvelle méthode de définition des normes, "fondée en particulier sur la mise en place de tests et sur l'expérimentation". "D'ici février, et c'est donc une pause, aucune mesure nationale allant au-delà des obligations européennes ne sera prise", a-t-il affirmé.

D. L. avec agences