BFM Business

Valls: les engagements budgétaires de la France seront "forcément dépassés"

Manuel Valls a reconnu que la France ne tiendrait pas ses engagements européens, à cause des dépenses supplémentaires engagées après les attentats.

Manuel Valls a reconnu que la France ne tiendrait pas ses engagements européens, à cause des dépenses supplémentaires engagées après les attentats. - Stéphane de Sakutin - AFP

Le Premier ministre a reconnu mardi que les engagements pris par la France devant ses partenaires européens ne seraient pas tenus, car les dépenses supplémentaires liées aux attentats "ne se feront pas au détriment des autres budgets".

Visiblement, le courant n'est pas vraiment passé entre Bercy et Matignon. Manuel Valls a en effet confirmé lundi que les engagements budgétaires de la France seraient "forcément dépassés", tout en promettant des moyens inédits pour les services de police, de gendarmerie et de renseignement.

La veille, après le discours de François Hollande au Congrès, le ministère des Finances avait pourtant fait savoir que ces nouvelles dépenses pour faire face aux attentats restaient "compatibles avec les engagements européens".

Pour rappel, François Hollande a annoncé la création de 5.000 emplois en deux ans dans la police et la gendarmerie, 2.500 dans la pénitentiaire et les services juridiques, et un millier dans les douanes pour contrôler les frontières. Il a annoncé en outre l'interruption de toute nouvelle réduction des effectifs de la Défense jusqu'en 2019.

"L'Europe doit comprendre"

"Nous devons donner tous les moyens, comme cela n'a jamais été fait dans notre pays, à la police, à la gendarmerie ainsi qu'aux services de renseignement", a poursuivi Manuel Valls sur France Inter.

Les engagements budgétaires européens de la France, a-t-il poursuivi, "seront forcément dépassés puisque ces moyens (...) ne se feront pas au détriment des autres budgets. Nous devons l'assumer et l'Europe doit le comprendre".

Y.D. avec agences