BFM Business

"Une honte pour l’Europe" : le coup de gueule de Bruno Le Maire après l'échec des négociations

-

- - Eric Piermont - AFP

Autour de 5h du matin, et après une nuit de négociations, le ministre français n'a pas caché à ses partenaires son exaspération. "L'avenir de l'Europe et de l'euro sont en jeu" a-t-il prévenu.

Comme un air de déjà-vu. Après la crise de la dette grecque, qui a failli mettre l'Union européenne à genoux, celle du coronavirus continue de diviser les Européens. Une fois de plus, les discussions se prolongent pour tenter d'apporter une réponse commune. Et une fois de plus, les tractations ont fait chou blanc, ce mercredi matin, après une réunion de 16h de l'Eurogroupe.

Une situation qui n'a pas manqué d'exaspérer le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, dont BFM Business rapporte les propos lancés au petit matin à ses homologues lors de la visioconférence.

"Alors que nous comptons des centaines et des milliers de morts, les ministres des finances jouent sur les mots et les adjectifs" a-t-il lâché. "C’est une honte pour les ministres des Finances, une honte pour l’Eurogroupe et une honte pour l’Europe. Nous devons avoir une compréhension commune de la gravité de la crise et décider d'une réponse commune forte."

"Nous serons jugés sévèrement"

Et de rappeler que l'échec des négociations, acté ce mercredi à 8h, est évidemment un mauvais signal envoyé. "Nous serons jugés sévèrement d’abord par les marchés, puis par nos populations puis par d’autres pays qui nous verront incapables de surmonter nos divergences de vues" a poursuivi Bruno Le Maire, qui indique aux autres ministres que la France et l'Allemagne "ont fait beaucoup et trouvé un compromis sur un texte." Et de marteler : "L'avenir de l'Europe et de l'euro sont en jeu."

Les discussions entre les ministres doivent reprendre jeudi. "Nous nous sommes rapprochés d'un accord, mais nous n'y sommes pas encore" a annoncé le président de l'Eurogroupe, Mario Centeno.

Thomas Leroy