BFM Business

Sommet européen: à quoi joue l'Allemagne ?

Angela Merkel devrait répéter son refus d'une supervision unique des banques de la zone euro.

Angela Merkel devrait répéter son refus d'une supervision unique des banques de la zone euro. - -

L'Allemagne refuse toujours l'Union bancaire. Pour imposer son point de vue, lors du sommet de ce jeudi 18 octobre, elle use d'une stratégie bien calculée.

Les 27 dirigeants européens se retrouvent aujourd'hui et demain à Bruxelles. Un Conseil consacré à la supervision financière, et qui fera le point sur les avancées des dernières décisions importantes prises en juin dernier. Le bras de fer s'annonce tendu avec l'Allemagne qui refuse l'Union Bancaire, mais Berlin avance ses pions en faisant des propositions chocs. Et tout ça est en fait bien calculé…

Berlin veut rester ferme sur l'Union bancaire

Mardi, le ministre des finances allemand Wolfgang Schauble a surpris tout son monde en proposant plus d'intégration politique. L'idée est de renforcer les pouvoirs de l'actuel Commissaire à la Concurrence, en faire un vrai ministre des finances Européen qui aurait le droit de bloquer un budget national. Pour y arriver, Wolfgang Schauble propose même de changer les traités.

Cette proposition choc est plutôt mal perçue à Bruxelles, car on estime qu'en brulant les étapes de cette façon, à la veille d’un sommet européen, on ne fait que créer la confusion. "Justement ! C'est tactique", décrypte un expert à Berlin. Car Angela Merkel va rester ferme sur l'Union Bancaire, qu'elle refuse en l'état pour garder le contrôle de ses Banques Régionales Allemandes. Les discussions s'annoncent tendues, et en mettant sur la table une telle idée d'intégration politique, on aura du mal à reprocher à l'Allemagne d'être dans le refus systématique...

Mathieu Jolivet et BFMbusiness.com