BFM Business

Les travaillistes font trembler les riches britanniques

-

- - -

Taxer à 50% les salaires les plus élevés, supprimer les jets privés… Le Parti de gauche britannique, en campagne pour les législatives, inquiète les grandes fortunes.

C’est l’ennemi numéro un des milliardaires britanniques: Jeremy Corbyn, le leader du parti travailliste. En campagne pour les élections législatives qui se tiendront le 12 décembre, celui qui appartient à l’aile gauche de son camp promet "la campagne la plus ambitieuse et la plus radicale pour un véritable changement que notre pays ait jamais vue". Et cette révolution annoncée ne ferait pas de cadeaux aux plus fortunés.

Aujourd’hui, les riches britanniques ne paient pas d’impôt sur la fortune et très peu de taxes sur l’immobilier. S’ils obtiennent le statut de "non-résidents", ils peuvent même échapper à l’impôt sur les revenus qu’ils tirent de l’étranger.

Si les députés affiliés à Corbyn gagnent le Parlement, les citoyens qui gagnent plus de 123.000 livres par an pourraient être taxés à 50% sur leurs revenus. Actuellement, la taxe est de 45% sur les revenus qui dépassent 150.000 livres. Les écoles privées, « machines à inégalités » pourraient également disparaître. Tout comme les jets privés, qui rejetteraient eux à chaque voyage autant de gaz à effet de serre que 7 vols en classe affaires. La neutralité carbone fait partie d’un des plans de Corbyn.

Exil massif

Mais ces mesures seraient inefficaces, selon certains analystes. Pour Nigel Green, directeur du cabinet de conseil financier deVere, les milliardaires s’exileraient très facilement, au grand dam du gouvernement qui devrait financer l'augmentation du salaire minimum à 10 livres ou la nationalisation des chemins de fer et des services d’eau et d’électricité.

Et en jet privé, il ne faut que deux petites heures pour rejoindre Monaco ou la Suisse…

Plus de 150 milliardaires

Le Royaume-Uni compte aujourd’hui 151 milliardaires. Mais pour Lloyd Russell-Moyle, député travailliste et fidèle de Corbyn, "personne dans ce pays ne devrait être milliardaire".

Fanny Guyomard