BFM Business

Mondialisation: les Français la rejettent, les Allemands l'acclament

Les Allemands et les Français ont une vision diamétralement opposée de la mondialisation.

Les Allemands et les Français ont une vision diamétralement opposée de la mondialisation. - Communauté européenne

Une étude d'un institut allemande et de l'assureur Allianz parue ce lundi montre à quel point Français et Allemands ont une vision opposée de la mondialisation et de ses conséquences.

Plus de la moitié des Français rejettent la mondialisation, vue comme une menace pour l'économie et la culture nationale, tandis que les Allemands n'y voient en majorité que des avantages, selon une étude publiée lundi en Allemagne.

Le sondage, réalisé par l'Institut für Demoskopie Allensbach et l'assureur Allianz, montre que 55% des Français sondés jugent la mondialisation comme nuisible à leur pays, tandis que 57% des Allemands pensent qu'elle est bonne pour leur économie et leur prospérité.

Cette nouvelle étude -la première du genre avait été réalisée en 2015- a été menée du 23 février au 16 mars auprès d'un échantillon représentatif de plus de 1.300 personnes en Allemagne, et d'environ 1.200 en France.

Soif de grandes réformes de ce côté-ci du Rhin uniquement

La préoccupation première des Français reste la situation économique jugée globalement mauvaise et marquée par un nombre élevé de personnes sans emploi, souligne l'étude. Cela explique aussi leur soif de grandes réformes (47%) tandis que seulement 26% en souhaitent en Allemagne, où le taux de chômage est au plus bas depuis la réunification du pays.

"Ce résultat traduit un vent favorable pour l'agenda de réforme du Président Emmanuel Macron", qui veut entreprendre une vaste réforme du marché du travail, souligne Michael Heise, chef économiste chez Allianz, cité dans un communiqué.

"Malgré l'évaluation positive de la situation économique par la population allemande, il faut se garder de tout excès d'optimisme", ajoute l'économiste, soulignant le manque d'investissements chroniques dont souffre le pays, où des élections générales auront lieu en septembre.

Français et Allemands sont d'accord sur le fait que la préservation du système de retraite est cruciale pour garantir l'avenir de leur pays. En tête des préoccupations des deux peuples figurent aussi la lutte contre le terrorisme, l'amélioration du système éducatif et l'extension de la protection sociale.