BFM Business

Les billets de 500 euros vont bientôt disparaître

Dès le 27 janvier, la majorité des banques centrales européennes arrêteront d’émettre les coupures violettes, notamment pour lutter contre les trafics.

Vous n’avez jamais tenu un billet de 500 euros entre vos mains? Il est maintenant probable que cela n’arrive jamais. Le 27 janvier prochain, 17 des 19 banques centrales que compte la zone euro arrêteront de produire ces (grosses) coupures, afin de lutter plus efficacement contre la fraude et toutes sortes de crimes.

Les billets de 500 euros sont en effet parfois surnommés "Ben Laden", car ils sont un outil essentiel au financement de différents trafics, y compris à finalité terroriste. Les partisans de leur disparition rappellent d’ailleurs volontiers qu’un million d’euros en coupures de 500 euros ne pèse guère plus de deux kilos.

L'Allemagne et l'Autriche rechignent

Il sera toujours possible d’utiliser les billets existants, jusqu’à une date indéterminée. Mais l’idée est qu’en arrêtant de les émettre, ceux-ci disparaissent progressivement de la circulation.

L’Allemagne et l’Autriche, en revanche, attendront le 26 avril 2019 pour cesser leur production. Le tout afin de favoriser "une transition en douceur", selon la Banque centrale européenne. Dans ces deux pays, l’argent liquide est encore largement utilisé. Une récente étude de la BCE montre en effet que les Français réalisent 68% de leurs achats en liquide, contre 85% en Autriche et 80% en Allemagne.

La disparition programmée du billet de 500 euros est un pas supplémentaire vers une moindre utilisation de l’argent liquide, jusqu’à rendre les transitions en cash minoritaires. Le paiement mobile, notamment, pourrait en profiter.

Y.D.