BFM Business

Michel Sapin: "nous sommes à l'abri d'un krach"

Invité de BFMTV et RMC, le ministre des Finances s'est voulu rassurant. Tant sur la croissance en 2016 que sur l'instabilité des marchés. Il a aussi abordé les tensions entre le gouvernement et le patronat.

Code du travail, pacte de responsabilité, Brexit…Invité de BFMTV et RMC, Michel Sapin a passé en revue l’ensemble des points chauds de l’actualité économique. Notamment la croissance, facteur indispensable à une inversion de la courbe du chômage. "La croissance reprend, oui, mais insuffisamment", a reconnu le ministre des Finances. Néanmoins, "pour cette année 2016, l’objectif est de 1,5% et je le maintiens, même s’il y a un certain nombre de turbulences qui sont apparues".

Michel Sapin a également tenu à rassurer quant à la situation des marchés financiers, dont les fortes variations inquiètent les observateurs: "Il ne faut pas confondre une instabilité, une volatilité, avec ce qui s’est passé en 2008 (lors de la crise financière, ndlr). D’autant que depuis, des décisions ont été prises pour sécuriser le système bancaire. Nous sommes à l’abri d’un krach". 

Assouplir les règles de licenciement

Autre dossier brulant: le référendum à venir en Grande-Bretagne pour décider de son maintien, ou non, dans l’Union européenne. "C’est un choix souverain de consulter son peuple. Il y a des discussions", notamment entre François Hollande et David Cameron, "mais il y a des limites. Il ne peut pas y avoir des réglementations pour l’un ou pour l’autre. Je tiens à ce marché unique".

Interrogé ensuite sur les effets du pacte de responsabilité, et alors que Manuel Valls a mis une certaine pression sur le patronat lundi, Michel Sapin a insisté sur le fait qu'il y aurait "un volet l’année prochaine, la C3S (qui doit être supprimée), qui pèse pour 3 milliards d’euros. Nous devons le faire dans des conditions qui créent de l’emploi. (…)C’est un avertissement que le Premier ministre a voulu donner hier".

Enfin, en vue d'une simplification du code du travail, Michel Sapin s'est dit favorable à l'assouplissement des règles concernant les licenciements. "Si la question est de clarifier les motifs économiques, je dis oui", a-t-il affirmé. 

Y.D.