BFM Business

La "nouvelle Grèce" que Tsipras veut construire

Alexis Tsipras a promis de faire remonter progressivement le montant du salaire minimum

Alexis Tsipras a promis de faire remonter progressivement le montant du salaire minimum - Arinis Messinis - AFP

Dans son discours de politique général prononcé dimanche 8 février, le Premier ministre grec a affirmé sa volonté de tenir ses promesses. Il a assuré vouloir en finir avec l'austérité et faire remonter graduellement le salaire minimum de 580 à 750 euros.

Alexis Tsipras dévoile sa feuille de route. Dans son discours de politique générale émaillé d'envolées sur le thème de "la fierté nationale" rendue aux Grecs par le nouveau gouvernement de gauche radicale Syriza, le Premier ministre grec s'est engagé, "à construire une nouvelle Grèce économiquement indépendante, souveraine, traitant d'égal à égal dans l'Union européenne et la zone euro".

"La décision inébranlable du gouvernement est d'honorer toutes ses promesses" de campagne, a-t-il assuré, "c'est une question d'honneur et de respect". Et la Grèce veut aussi "servir sa dette" alors que pour sortir de l'austérité "la solution doit être européenne et la Grèce peut être le catalyseur", selon lui.

"C'est un problème de choix politique : aussi longtemps que nos partenaires insisteront sur l'austérité, le problème de la dette se perpétuera", a-t-il lancé. Il a rappelé que son pays souhaite un "programme-relais" d'ici fin juin pour assurer les besoins financiers immédiats du pays et échapper aux plans d'austérité dont les Grecs ne veulent plus, sans pour autant cesser toute réforme.

Alexis Tsipras a ensuite annoncé une kyrielle de mesures, inclues dans son programme électoral, dont la plus spectaculaire est "la réinstallation" de l'ancienne télévision publique ERT. Elle a depuis été remplacée par une autre du nom de NERIT, montée à la hâte avec un cinquième des 2.600 employés de l'ERT licenciés en juin 2013. Sans oublier des mesures pour les ménages les plus pauvres.

Pas d'embauches massives de fonctionnaires

Mais à bien l'écouter, le discours d'Alexis Tsipras peut paraître plus raisonnable que ce que redoutaient les créanciers. Ainsi, il n'a pas annoncé de réembauches massive de fonctionnaires, mais seulement de ceux qui avaient été licenciés "illégalement", soit environ 3.000 personnes. De même, la remontée du salaire minimum de 580 à 750 euros sera "graduelle". Sur les privatisations il a refusé de "brader" les entreprises.

En revanche, le Premier ministre a insisté sur "l'obligation morale et historique" de réclamer à l'Allemagne des indemnités de guerre, auxquelles elle a échappé à la fin de la deuxième guerre mondiale. Il a aussi demandé le remboursement du prêt imposé par les nazis à la Banque de Grèce. Au total, il y en aurait pour l'équivalent de la moitié de la dette grecque. Berlin a déjà dit "non", arguments juridiques à l'appui, mais pour Alexis Tsipras cela pourrait constituer un bon argument de négociation.

Les Grecs sont, après une série de rencontres bilatérales cette semaine, attendus de pied ferme à Bruxelles: mercredi, le ministre des Finances Yanis Varoufakis participera à son premier Eurogroupe (réunion des 19 ministres des Finances de la zone euro) et jeudi Alexis Tsipras à son premier sommet européen.

Les propositions du gouvernement grec pour s'affranchir de l'autorité des experts de la troïka des créanciers (BCE, UE, FMI) ou réaménager drastiquement une dette qui atteint 180% du PIB ont jusqu'à présent été fraîchement accueillies par les partenaires d'Athènes. Et la Banque centrale européenne a rappelé jeudi qu'elle avait les cartes en main, en fermant brutalement un des deux robinets qui alimentent les banques grecques.

J.M. avec AFP