BFM Business

La Banque de France et JPMorgan s’associent pour un marché de l’or

-

- - (illustration) AFP

Les banques centrales qui détiennent ce métal précieux doivent passer par le marché londonien, le plus important sur ce secteur. Le Brexit pourrait remettre en question cette domination.

Alors que les négociations autour du Brexit s’enlisent, la Banque de France prépare le terrain pour un marché de l’or. En octobre, la sous-gouverneur de la BdF, Sylvie Goulard, avait d’ailleurs annoncé un partenariat avec une « grande banque commerciale » pour permettre d’opérer des services de transactions sur l’or, sans révéler le nom de l’établissement en question. Il s’agit de la banque américaine JPMorgan, un des leaders du secteur, selon Reuters qui cite des sources proches du dossier.

Jusqu’à présent, les banques centrales devaient se tourner vers le marché Londres pour réaliser des transactions avec de l’or. Depuis des décennies, la capitale britannique est la place forte du métal précieux et la banque centrale britannique est la deuxième détentrice après la réserve fédérale de New York avec 115 milliards d’euros de barres.

Paris, futur pôle majeur ?

Mais avec le Brexit, les cartes pourraient être rebattues et certaines banques centrales entendent bien en profiter pour proposer des alternatives au marché londonien. « Ils sont convaincus que le Brexit va changer les choses et ils veulent en être » a ainsi expliqué une source à Reuters. Pour le moment, ni la Banque de France, ni JPMorgan n’ont confirmé ce partenariat.

En mai dernier, François Villeroy de Galhau, gouverneur de la BdF, avait souligné les opportunités que représentait le Brexit. « Il n’y aura pas je crois une seule ‘City’ continentale demain mais il y aura un réseau intégré polycentrique avec une spécialisation par pôles de compétence » expliquait-il, soulignant que Paris disposait « de nombreux atouts pour devenir un pôle majeur de financement des entreprises et de l’innovation en Europe. »

Le cours de l’or a baissé depuis le début de l’année. Il s’établissait à 1356 dollars l’once en janvier 2018 contre environ 1200 dollars aujourd’hui.