BFM Business

Immobilier neuf : vers "un désastre industriel et social" ?

Les ventes de logements neufs ont chuté de 28% en 2012

Les ventes de logements neufs ont chuté de 28% en 2012 - -

Les ventes de logements neufs ont chuté de 28% en 2012, selon les chiffres de la Fédération des promoteurs immobiliers publiés ce jeudi 14 février. Et l’année 2013 ne débute pas sous de meilleurs auspices. Le recul des ventes risque de se poursuivre.

Le secteur immobilier va-t-il subir "un véritable désastre industriel et social" ? C’est ce que croit François Payelle, président de la Fédération des promoteurs immobiliers, qui a publié ce jeudi 14 février les chiffres des ventes de logements neufs pour 2012.

Elles ont chuté de 28% par rapport à 2011, à 73 700 unités. Les ventes de 2012, avec un recul de 30 000 logements en un an et de 41 000 sur deux ans, atteignent "leur plus bas niveau depuis 16 ans", a souligné le président de la FPI.

Les raisons de cette baisse ? Pour la FPI, il s’agit d’un effet conjugué "de la forte réduction de l’avantage fiscal accordé en 2012 à l’investissement locatif, de la faiblesse de l’accession à la propriété dans le neuf, liée aussi bien à l’inefficacité du PTZ+ qu’à l’inquiétude des ménages dans un contexte économique anxiogène, des prix élevés des logements, et du durcissement des critères d’octroi de crédit".

Pression sur le dispositif Duflot

Cela risque de ne pas s’arranger. François Payelle évoque "de grosses inquiétudes de ne pas voir la courbe s'inverser" au cours des prochaines années. Car 2013 ne devrait pas être une année plus encourageante. Il se dit "extrêmement prudent", affirmant que "les promoteurs vont essayer de résister sur la ligne Maginot des 70 000 ventes à conditions que le dispositif fiscal Duflot, qui a remplacé le Scellier, donne toute son efficacité avec les 40 000 ventes prévues".

Mais le début de l'année, avec un mois de janvier "mou, mou, mou" selon le président de la FPI, fait craindre le pire pour le secteur des ventes aux investisseurs qui achètent des logements neufs pour les louer.

Diane Lacaze