BFM Business

Hollande: "l'Etat ne peut se substituer aux entrepreneurs"

François Hollande a célébré l'esprit d'entreprise devant les membres du CESE.

François Hollande a célébré l'esprit d'entreprise devant les membres du CESE. - -

Le président de la République s'est rendu, ce vendredi 18 octobre, au Conseil économique, social et environnemental. Il a admis que la courbe du chômage ne pourrait se retourner sans création d'emploi privé.

Vive l'esprit d'entreprise. C'est en substance le message qu'a délivré François Hollande, ce vendredi 18 octobre, devant les membres du Conseil économique, sociale et environnemental (CESE).

A l'occasion d'un colloque sur "La France des solutions", le président français a estimé que l'esprit d'entreprises devrait "être promu, encouragé, développé". "Il n'est pas contradictoire avec la solidarité", a ajouté le chef de l'Etat.

"Ce n'est pas l'Etat qui peut se substituer aux entrepreneurs", a-t-il poursuivi, soulignant que "l'emploi est créé par les entreprises". D'ailleurs, le retournement de la courbe du chômage qu'il a promis pour la fin de l'année ne saurait intervenir sans "création d'emploi dans le secteur privé", "en plus de tout ce que nous avons créé comme dispositifs", emplois aidés ou d'avenir, a-t-il indiqué.

La stabilité fiscale, une priorité

Quant à l'Etat, qui doit selon lui fixer un cadre sur le "temps long", il doit favoriser "l'innovation, l'investissement et la simplification" administrative. Pour ce faire, François Hollande s'est engagé à ne pas toucher au crédit d'impôt recherche de "tout le quinquennat".

Une réponse implicite aux critiques de la Cour des comptes qui s'est inquiétée de son utilisation à des fins d'optimisation fiscale par certaines entreprises. "Je sais qu'il peut y avoir des abus, des utilisations qui ne vont pas dans le sens de ce qui était souhaité, mais ce qui compte, c'est qu'il y ait cette visibilité, cette stabilité", a opposé le chef de l'Etat.

N.G. avec AFP