BFM Business

Hamon : « Sarkozy, menteur invétéré, Bertrand, bonimenteur »

-

- - -

Benoît Hamon, député PS européen, a vivement critiqué les projets de Nicolas Sarkozy et Xavier Bertrand en matière de travail.

Invité jeudi 29 mai, le député PS européen Benoît Hamon est revenu sur le débat lancé par l'UMP et Nicolas Sarkozy autour des 35h : « C'est fini, on garde une durée légale mais on permet aux entreprises de déroger à la durée légale en négociant elles-mêmes le contingent d'heures supplémentaires et de repos compensateurs. Le principe de déroger à la règle et à la loi sur les heures supplémentaires, ça veut dire que partout on aura une base, les 35 heures, mais la réalité c'est que d'une entreprise à une autre la situation sera totalement différente. Dans une même branche, dans deux entreprises du même type, on pourra avoir des contingents d'heures supplémentaires beaucoup plus importants, des contingents de repos compensateurs négociés dans l'entreprise, avec des conditions pour que l'accord soit valide qui sont quand même relativement souples et qui facilite une négociation où les syndicats ne sont pas forts et pas très bien représentés ».

« Autant le dire, Nicolas Sarkozy est une fois de plus un menteur invétéré, il dit que les 35 heures ne sont pas remises en cause dans leur principe, la réalité c'est qu'ils sont en train de casser la durée légale du travail. Ce qui est choquant, c'est de remettre en cause la durée légale du travail entreprise par entreprise pour organiser une sorte de système à la carte en fonction de la capacité des salariés à se représenter et à négocier avec leur employeur. C'est la loi du plus fort qui va fonctionner ».

« C'est choquant, et les syndicats sont choqués parce que leur feuille de route a été remise en cause et que Xavier Bertrand, qui est quand même un bonimenteur en chef, leur a vendu une chose et fait tout autre chose. Je regrette cette idée qui consiste à dire que dans ce pays le chemin du progrès serait interrompu. Dans beaucoup de pays, le progrès économique ça se produit par du progrès social alors que dans notre pays, on crée de la richesse mais ça ne se traduit plus par du progrès social ».

La rédaction-Bourdin & Co