BFM Business

Vacances: un tiers des Français qui renoncera à partir le fera par manque d'argent

82% des Français souhaiteraient partir en vacances.

82% des Français souhaiteraient partir en vacances. - Valery HACHE / AFP

Selon une enquête menée par l'Observatoire E.Leclerc avec Ipsos, un Français sur deux prévoit de partir en vacances dans les prochains mois.

Les Français rêvent d’évasion. Alors que la levée des restrictions de circulation marque ce lundi la première étape du calendrier de déconfinement, ils sont 82% à déclarer vouloir partir en vacances (60%) ou au moins en week-end (22%) dans les prochains mois, selon une enquête de l’Observatoire E.Leclerc en partenariat avec Ipsos.

Après une année éprouvante marquée par la pandémie de Covid-19, 83% des sondés ressentent le besoin de prendre l’air. Trois quarts d’entre eux disent également vouloir prendre du temps pour eux (75%), notamment pour relâcher la pression (72%). Il faut dire que plus de 4 Français sur 10 (44%) ne sont partis ni en vacances, ni en week-end depuis le début de la crise sanitaire.

En outre, un sondé sur deux estime que les événements des derniers mois ont eu un impact négatif sur son niveau de stress et sa santé mentale. 61% des personnes interrogées assurent avoir eu l’impression de vivre comme "enfermées", surtout les étudiants (78%) et les personnes n’ayant pas d’espace extérieur (74%).

Un tiers renoncera aux vacances pour des raisons financières

Mais si le désir de partir est fort, tous ne le feront pas: seul un Français sur deux prévoit en effet de prendre le large dans les prochains mois. Et parmi ceux qui n’ont pas prévu de partir, 52% justifient cette décision par la crainte que les contraintes sanitaires toujours en vigueur ne gâchent leur voyage tandis qu’un tiers (32%) y renonce pour des raisons financières.

Le coût du séjour est d’ailleurs le principal frein à l’organisation ne serait-ce que d’un week-end pour 82% des sondés, surtout chez les catégories les plus modestes (90%). Le risque d’annulation en raison de la crise sanitaire n’arrive qu’en deuxième position (71%).

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco