BFM Business

Terralpha (SNCF) allume son réseau de 20.000 kilomètres de fibre optique

Le trafic à la SNCF est légèrement perturbé ce vendredi matin, la CGT et Sud-Rail ayant appelé les cheminots à poursuivre le mouvement entamé mardi soir. /Photo prise le 7 avril 2010/REUTERS/Jean-Paul Pélissier

Le trafic à la SNCF est légèrement perturbé ce vendredi matin, la CGT et Sud-Rail ayant appelé les cheminots à poursuivre le mouvement entamé mardi soir. /Photo prise le 7 avril 2010/REUTERS/Jean-Paul Pélissier - -

Ce réseau qui court le long des voies de la SNCF relie Valenciennes à Lille, Paris et Toulouse. Il pourra être exploité par des tiers comme les opérateurs télécoms.

Pour ses besoins en communications, la SNCF déploie depuis des années un réseau de fibre optique passive le long de ses voies. Il atteint aujourd'hui 20.000 kilomètres.

En mai dernier, SNCF Réseau annonçait le lancement d'une filiale, Terralpha, dont la mission est de "valoriser les infrastructures optiques disponibles et non opérées pour l'activité ferroviaire".

L'idée, revendre les capacités non utilisées par la SNCF de ce réseau à des tiers, notamment les opérateurs télécoms qui peuvent s'appuyer dessus pour densifier leurs réseaux mobiles, les antennes radio étant interconnectées en fibre optique. Mais aussi les hébergeurs et opérateurs de datacenters, les grands industriels dont le Groupe SNCF et les réseaux d'initiatives publiques.

16 Térabit/seconde

Ce jeudi, la SNCF annonce que ses premiers services de transport de données Ultra Haut Débit sont ouverts et reliés à des datacenters le long d'une route allant de Valenciennes à Toulouse en passant par Lille et Paris.

"Les équipements installés sont capables d’agréger 40 canaux de communication allant chacun jusqu’à 400 Gigabit/seconde sur une seule paire de fibre optique soit 16 Térabit/seconde au total. Ce parti pris technique permet de raccorder un grand nombre de clients", explique Terralpha.

"La combinaison des voies ferrées rectilignes et d'une architecture dédiée au transport à grande vitesse permette à Terralpha d'introduire des temps de latence extrêmement réduits" lors de la transmision des données, met également en avant l'entreprise.

Nouvelle source de revenus pour la SNCF

La prochaine étape sera de déployer l'offre ultra haut débit sur l'axe Lyon, Marseille et Bordeaux.

"Je suis convaincue que nous allons créer un champion de la mobilité des données, accessibles à tous, partout, (...) en respectant l'environnement", a commenté la présidente de Terralpha Anne Bosche-Lenoir.

Terralpha, filiale détenue à 100% par SNCF Réseau dispose d'un capital de départ de 6 millions d’euros. Compte tenu des besoins en infrastructures très haut débit, elle pourrait très rapidement devenir une source de revenus non négligeable pour la SNCF.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business