BFM Business

Laurent Berger: le grand débat "doit être indépendant du gouvernement"

Le numéro un de la CFDT veut que l'exécutif dise "surtout" ce qu'il "va être être fait des conclusions" du débat.

Le numéro un de la CFDT veut que l'exécutif dise "surtout" ce qu'il "va être être fait des conclusions" du débat. - Thomas Samson - AFP

Le secrétaire général de la CFDT a demandé à ce que le gouvernement dise "très vite" dans quelles "conditions" va s'organiser le grand débat national. Il a indiqué que la CFDT allait tout au long du processus construire ses propres propositions, qui seront présentées à la fin.

Au lendemain de la publication de la lettre du président Emmanuel Macron aux Français, Laurent Berger livre son analyse. Il a souhaité que l'exécutif "dise très vite" "les conditions" dans lesquelles le grand débat s'organise, "les conditions d'indépendance, les conditions de bonne tenue des débats", a-t-il expliqué sur CNews. "Est-ce qu'on sera dans un cadre apaisé où chacun pourra s'exprimer?", s'est-il demandé.

"Celui ou celle qui va piloter" le débat "doit être indépendant du gouvernement", a souligné Laurent Berger, "y compris pour que les gens s'y inscrivent". Il a aussi demandé que l'exécutif dise "surtout" ce qu'il "va être être fait des conclusions" du débat, "la façon dont les débats à un moment donné vont être repris par les uns et les autres pour travailler ensemble".

La CFDT va faire ses propres propositions

Pour le numéro un de la CFDT, il faut qu'à l'issue du débat "les organisations syndicales, patronales, les associations organisent une sorte de Grenelle du pouvoir de vivre où on traite l'ensemble de ces sujets-là" même si "le gouvernement in fine décidera".

"Mais que ce ne soit pas simplement remonté à l'Elysée et que ce soit le président qui décide", a-t-il insisté.

Concernant la lettre du président, dont il n'a pas souhaité "faire l'exégèse", le secrétaire général de la CFDT a observé qu'il "manque des précisions autour de ce qui pourrait être fait autour du pouvoir d'achat". 

La CFDT va, "tout au long du processus, construire ses propres propositions", qui seront présentées "à la fin", a ajouté Laurent Berger, en appelant les adhérents et militants du syndicat à "particip(er)" au débat.