BFM Business

Formation, aides, apprentissage: le plan de Hollande pour l'emploi

Le chef de l'État a détaillé ce lundi les mesures d'urgence que compte appliquer son gouvernement contre le chômage. Apprentissage, formation, aides à l'embauche pour les PME... Retrouvez toutes ses annonces.

François Hollande a livré ce lundi le financement et les modalités de son plan d'"urgence" contre le chômage, axé sur la formation, l'apprentissage et des aides à l'embauche pour les PME, dans l'espoir d'inverser enfin la courbe d'ici à la fin du quinquennat.

Le Président, qui entre dans la dernière année pleine de son mandat, l'a dit et redit: l'inversion de la courbe du chômage, que son gouvernement promettait avant fin 2013, déterminera sa candidature à un second mandat en 2017. Or le temps presse avec 650.000 chômeurs supplémentaires inscrits à Pôle emploi depuis son élection en 2012. Et malgré une petite baisse, 3,57 millions de demandeurs d'emploi n'avaient aucune activité en novembre, selon les derniers chiffres de Pôle emploi.

Voici toutes les annonces du Président pour l'emploi. 

> "Face au désordre du monde, à une conjoncture économique incertaine, il y a aussi un état d'urgence économique à proclamer". L'emploi est "la seule question qui vaille au-delà de la sécurité des Français"

> "Les mesures annoncées représentent plus de deux milliards d'euros". Elles seront financées "par des économies", pas par des hausses d'impôts. 

> "Un million de chômeurs n'ont aujourd'hui pas le niveau du bac". François Hollande annonce un programme de formation pour 500.000 demandeurs d'emplois, "le double d'aujourd'hui". L'État dégagera un milliard d'euros à ce titre. Une "mesure structurelle, fondamentale", visant à "pourvoir les emplois qui ne trouvent pas preneurs faute de qualification". Le plan formation des chômeurs n'est pas un "artifice statistique".

> Le gouvernement est prêt à "faciliter toutes les expérimentations" que veulent mener les présidents de région, et même à "modifier la loi" pour le permettre, notamment pour élargir les compétences des régions.

> "Comme le dit Emmanuel Macron 'il est plus facile de trouver un client qu'un employeur'. Développer le travail indépendant, ce n'est pas mettre en cause le statut de salarié, c'est donner à celles et ceux qui ne trouvent pas de débouchés une voie supplémentaire d'entrée sur le marché du travail".

> La fiscalité des indépendants va changer: "Tous les entrepreneurs et les artisans, quel que soit leur statut, bénéficieront de la simplicité d'un nouveau régime. Ils pourront d'autant plus facilement faire le choix qu'une option fiscale, la plus appropriée à leur activité leur sera proposée, leur permettant d'aller vers le régime réel ou le régime du forfait".

En outre, "le régime du portage salarial sera assoupli pour permettre à chacun de proposer ses services à des entreprises ou des particuliers, sans avoir à créer une entreprise tout de suite".

> Le gouvernement mise sur l'apprentissage. "Nous voulons que les jeunes puissent entrer en permanence en apprentissage". L'apprentissage est une "filière d'excellence". 

> François Hollande confirme le plafonnement des indemnités prud'homales de licenciement: "En cas de rupture du contrat de travail, l'information sur les conséquences de cette décision doit être connue à l'avance"

> La convention collective, l'accord au sein de l'entreprise, primera désormais sur le droit du travail. Les accords d'entreprise pourront fixer le taux de majoration et le nombre d'heures supplémentaires. Les accords d'entreprise pourront "moduler davantage" le temps de travail "au-delà même" de l'annualisation.

> François Hollande annonce 50.000 contrats de professionnalisation, contre 8.000 actuellement.

> Lors de la renégociation de la convention d'assurance chômage, le but sera "d'accompagner le retour vers l'emploi, de former les chômeurs".

> Hollande veut transformer le CICE en "baisse définitive des charges sociales". Il veut aussi instaurer une prime de 2.000 euros d'embauche immédiate pour les PME de moins de 250 salariés jusqu'à 1,3 Smic. Un montant qui correspond au reliquat des cotisations patronales via le pacte de responsabilité. 

> "La compétitivité des entreprises: le pacte de responsabilité représente un effort important pour nos finances publiques, il a produit des résultats importants mais encore insuffisants". "Nous devons faire l'évaluation sur le pacte de responsabilité". Elle interviendra à la fin du mois de janvier.

> "L'objectif, c'est plus de liberté pour l'entreprise et le salarié, et plus de sécurité pour l'entreprise et le salarié, voilà le modèle à bâtir".

> "L'innovation est la clé de tout, elle concerne tous les domaines, l'effort de recherche est essentiel: le crédit d'impôt recherche sera pérennisé dans ses formes actuelles".

N.G.