BFM Business

René Ricol veut simplifier les moyens d'aide aux entreprises

"il faut faire des efforts avec nos impôts" estime René Ricol

"il faut faire des efforts avec nos impôts" estime René Ricol - -

Cet ancien commissaire général à l’Investissement préconise la mise en place d'un véritable système de coordination des dispositifs d'aide aux entreprises.

"Une entreprise ne se segmente pas". C’est pourquoi, René Ricol, ancien commissaire général à l’Investissement, interrogé par Hedwige Chevrillon sur BFM Business, estime qu’"Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, devrait avoir les moyens de coordonner l’ensemble des dispositifs d’aident aux entreprises : Ozeo, la Caisse des dépôts, les ministères concernés, …".

La BPI aura au moins, selon René Ricol, pour mission de rassembler les instruments qui existent déjà et le parcours sera simplifié pour les chefs d’entreprises. Elle va également rassurer concernant les fonds d’investissements car elle va investir dans ceux qui ont un comportement le plus conforme à l’intérêt national.

Les hausse d'impôts sont nécessaire

Concernant le Budget 2013, René Ricol est catégorique. "Je refuse de voter la pétition des Pigeons contre le Budget 2013", annonce-t-il. "Des hausses d’impôts sont irréversibles pour établir le budget. Il faut faire des efforts, c’est nécessaire".

Même si la taxation des plus-values en cas de cession de son entreprise est soumise au barême progressif de l’impôt sur le revenu ? "C’est sûr que c’est un alourdissement, mais on ne connait pas encore les mesures complètes. Et il est évident quelqu’un qui vend son entreprise un an après l’avoir acquise sera taxé plus lourdement que 30 ans après l’avoir acquise. Une entreprise ne crée de la valeur et de l’emploi que dans la durée. Donc ça ne sert à rien de favoriser ce système de l’achat revente. Il ne faut pas favoriser la spéculation de court terme".

Diane Lacaze