BFM Business

La charge de la dette, aubaine budgétaire du gouvernement

La charge de la dette était dans la loi de finance initiale évaluée à 46,3 milliards d'euros pour 2014.

La charge de la dette était dans la loi de finance initiale évaluée à 46,3 milliards d'euros pour 2014. - -

Dans le projet de loi de finances rectificative, présenté ce mercredi 11 juin en Conseil des ministres, la charge de la dette devrait diminuer de 1,8 milliard d'euros par rapport au budget initial. Ce bon chiffre est dû à des taux bas et à la prudence de l'exécutif.

La dette française peut dire merci à la BCE. Vendredi 11 juin, le taux à 10 ans de la France a atteint un plus bas historique à 1,65% sous l'effet des annonces de la Banque centrale européenne, la veille.

La France emprunte donc de moins cher en moins cher. En conséquence, dans le projet de loi de finance rectificative pour 2014, présenté ce mercredi 11 juin en Conseil des ministres, la charge de la dette devrait être bien moins forte que prévu. Ce poste, qui est l'un des plus importants du budget après l'éducation, passerait de 46,7 milliards d'euros à 44,9 milliards, soit 1,8 milliard d'euros d'économies dégagées, selon plusieurs médias.

Un chiffre qui est même supérieur au 1,6 milliard d'euros d'annulation de crédits sur le budget de l'Etat qui doivent être détaillés dans le collectif budgétaire ce même mercredi.

44,8 milliards d'euros en 2013

La baisse de la charge de la dette annoncée dans le collectif budgétaire s'explique aussi par une certaine prudence de l'exécutif. Lorsqu'il a construit le Budget 2014, le gouvernement tablait sur un taux à 10 ans de la dette française qui atteindrait 3% fin 2013 puis 3,5% fin 2014.

Bercy reconnaissait que ce scénario était "prudent". De fait, le taux à 10 ans de la France n'a jamais dépassé 2,70% depuis septembre dernier. Et, depuis janvier, ce taux est passé de 2,56% à 1,78%. Et l'accalmie pourrait encore continuer. Selon Patrick Jacq, stratégiste obligataire chez BNP Paribas, les taux à 10 ans pourraient très bien rester inférieurs à 2% d'ici à la fin de l'année 2014.

En 2013, la charge de la dette avait déjà été largement révisée à la baisse. L'exécutif avait annulé pour 1,93 milliard d'euros de crédit de paiement sur ce poste, la charge de la dette passant ainsi de 46,9 milliards d'euros en loi de finances initiale, à 44,8 milliards dans le projet de loi de règlement de 2013.

J.M.