BFM Business

L'attractivité de la France est en chute

Marc Lhermitte était l'invité de BFM Business, ce mercedi 5 juin

Marc Lhermitte était l'invité de BFM Business, ce mercedi 5 juin - -

Selon le baromètre Ernst & Young, publié ce mercredi 5 juin, la France a accueilli 471 projets d'implantation étrangers en 2012, soit une baisse de 13%. La perte de compétitivité française en serait l'explication.

L'attractivité de la France est clairement en perte de vitesse. C'est ce que révèle le baromètre du cabinet d'audit Ernst & Young publié ce mercredi 5 juin. Selon ce document, les implantations internationales en France ont reculé de 13% en 2012, à 471 projets.

Invité ce mercredi dans l'émission Good Morning Business, Marc Lehrmitte, auteur de ce baromètre, a évoqué "un décrochage malheureux, né il y a plusieurs années, notamment par rapport à nos deux principaux concurrents européens, le Royaume-Uni et l'Allemagne", ce dernier pays ayant connu "une progression formidable", notamment liée aux réformes Schröder.

A eux trois, ces pays concentrent plus de la moitié des investissements étrangers en Europe. Mais des trois, l'Hexagone est clairement le maillon faible. "Nous sommes sur une pente que nous pouvons encore redresser mais qui est ajourd'hui sanctionnée dans notre baromètre", a fait remarquer Marc Lhermitte. "Il y a urgence: pour les investisseurs étrangers, la France est un marché important, mais les conditions d'exercice de leur activité ne sont pas satisfaisantes"

La compétitivité pointée du doigt

Une fois de plus, le diagnostic du baromètre de Ernst and Young pointe le manque de compétitivité française pour expliquer ce décrochage. "La France connaît un problème au niveau du coût du travail: les charges trop élevées et le manque de flexibilité du marché du travail, l'ont amené à s'écarter de la moyenne européenne", a poursuivi Marc Lhermitte."La France ne justifie plus son rapport qualité-prix", a-t-il résumé.

Pour inverser la donne, il a souligné que le Crédit d'impôt recherche, une des mesures phares du gouvernement précédent, "ne suffit plus car il a été envié puis copié à l'étranger". Néanmoins Marc Lhermitte a rappelé que la France garde quelques avantages. Ainsi elle a la cote auprès des investisseurs américains et elel possède de solides infrastructures, notamment au niveau de ses agglomérations. Il aainsi cité des villes qui "ont fait des efforts considérables pour sortir du marasme national", comme Lyon.


A LIRE AUSSI:
>> Bercy mobilisé pour défendre l'attractivité de la France
>> La France maintient son attractivité auprès des investisseurs étrangers

Julien Marion