BFM Business

Croissance de 0,2% au troisième trimestre en France

Les chefs d'entreprise prévoient une légère hausse d'activité en septembre.

Les chefs d'entreprise prévoient une légère hausse d'activité en septembre. - Google maps

La Banque de France vient de confirmer, ce 8 septembre, sa précédente prévision: la croissance en France sera seulement de 0,2% au troisième trimestre. L'Insee tablait sur 0,3% avant l'été.

La mauvaise nouvelle se confirme, la Banque de France table bien sur une croissance de 0,2% de l'économie française au troisième trimestre 2014, dans sa deuxième estimation fondée sur son enquête mensuelle de conjoncture d'août, publiée ce 8 septembre.

L'Insee, un peu plus optimiste, anticipait fin juin une croissance de 0,3% pour juillet-septembre alors que les économistes interrogés cet été par Reuters prévoient pour leur part également une hausse de 0,2% du produit intérieur brut de la période.

L'enquête de la Banque de France sur le mois d'août fait apparaître une hausse d'un point de l'indicateur du climat des affaires dans l'industrie, à 97, et une hausse de même ampleur de celui des services, à 94. Celui du secteur du bâtiment est inchangé à 92.

Carnets de commandes "à peine suffisants"

Selon la Banque de France, la production industrielle a augmenté le mois dernier, en particulier la fabrication d'équipements et machines et la production automobile. Mais les carnets de commandes sont jugés par les chefs d'entreprise "à peine suffisants", les stocks se sont légèrement alourdis et les effectifs ont légèrement diminué. Le taux d'utilisation des capacités de production a baissé à 75,3%, soit 0,5 point de moins qu'en juillet.

Les chefs d'entreprise prévoient une légère hausse de leur activité en septembre. Dans les services, l'activité a progressé le mois dernier, tirée par l'hébergement-restauration et les services d'information. Les chefs d'entreprise du secteur prévoient également une hausse "modérée" ce mois-ci.

Le bâtiment a accusé de son côté une nouvelle contraction de son activité du fait de la poursuite de la baisse dans le second oeuvre. Les chefs d'entreprise, qui jugent leurs carnets de commandes insuffisants, tablent sur une stagnation en septembre.

D. L. avec AFP