BFM Business

Budget 2015: Macron "totalement sûr" que Bruxelles ne s'opposera pas

Emmanuel Macron a fait part de sa confiance sur l'avis de Bruxelles concernant le Budget 2015.

Emmanuel Macron a fait part de sa confiance sur l'avis de Bruxelles concernant le Budget 2015. - Eric Piermont - AFP

Le ministre de l'Economie a indiqué, ce dimanche 19 octobre, lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, qu'il était confiant pour le projet de Budget 2015, actuellement examiné par la Commission européenne. Il considère ainsi que Bruxelles ne rendra pas un avis négatif.

Emmanuel Macron tente de rassurer. Le ministre de l'Economie a assuré, ce dimanche 19 octobre que le projet de Budget 2015 n'a pas à craindre le verdict de Bruxelles.

Invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, il a ainsi affirmé être "totalement sûr, à ce stade, qu'il y aurait pas d'avis négatif de la Commission européenne parce que nous ne nous mettons pas dans cette situation". 

"C'est la Commission qui va décider mais la France est un grand pays qui a à mener ce débat", a-t-il ajouté.

"Nous menons un débat"

Le projet de Budget 2015 prévoit un déficit de 4,3% du PIB alors que la France devait ramener ce chiffre sous les 3% du PIB. L'exécutif français a choisi de repousser cet objectif à 2017 pour ne pas pénaliser la croissance, au risque de froisser Bruxelles.

"Nous menons un débat qui est un débat, qui d'ailleurs a lieu dans d'autres enceintes comme au FMI (Fonds monétaire international) et ailleurs, qui est un débat sur la situation de la zone euro. La zone euro est en anémie. Elle a une croissance faible et une inflation faible", a commenté Emmanuel Macron.

"Nous respectons les traités"

Le ministre a souligné que la responsabilité collective était de ne pas faire entrer la zone euro en stagnation voire en déflation.

"Pour ce faire, il faut respecter les Traités, c'est ce que nous ferons, nous respecterons les traités et le budget de la France respectera les Traités", a-t-il insisté.

"Simplement, les règles font l'objet d'une discussion constructive avec la Commission et les commissaires européens", a-t-il ajouté. Il a en outre souligné que la France faisait des économies: "les 21 milliards que nous devons faire en 2015, ils sont faits mais le ratio des déficits publics ramenés au PIB, compte-tenu de ce dévissage du PIB européen et français par rapport à nos attentes initiales, ne peut être atteint", a-t-il conclu.

Ce dimanche 19 octobre, le Spiegel rapporte que Paris aurait le soutien de Berlin. L'Allemagne aiderait ainsi la France à établir un pacte pour convaincre la Commission. Dans ce pacte, Paris présenterait une feuille de route précise sur les réformes, en échange de quoi, Bruxelles validerait le Budget 2015.

J.M. avec AFP