BFM Business

Faillites: quelles sont les entreprises les plus en danger?

Photo d'illustration

Photo d'illustration - AFP

Malgré les mesures de soutien du gouvernement, le nombre de faillites risque bien d'exploser dans les prochains moins, avance Infolégale, un spécialiste dans l'évaluation des risques de solvabilité.

Aides directes, prêts garantis, chômage partiel, report des charges..., le gouvernement a mis en place un important arsenal pour permettre aux entreprises d'encaisser au mieux les conséquences du confinement économique du à l'épidémie de coronavirus.

Néanmoins, de nombreuses entreprises fragilisées risquent de ne pas tenir le choc. C'est l'avis d'Infolégale, un spécialiste dans l'évaluation des risques de solvabilité, qui prédit une première vague "importante" de défaillances d'entreprises fin avril.

"Nous allons assister à une première vague de défaillances importantes, à fin avril", prédit le président d'Infolégale, Frédéric Julien. "Dans les mois à venir, les entreprises vont être aussi globalement impactées par les impayés auxquelles elles seront confrontées, du fait de la baisse d'activité et des difficultés de leurs clients dans de très nombreux secteurs", ajoute le responsable, en rappelant que les impayés sont à l'origine d'un quart des faillites en France.

Les TPE, premières touchées

La société se base sur les premières décisions prononcées par les tribunaux de Commerce entre le 1er et le 3 avril pour faire cette prévision et dresser le portrait robot des entreprises défaillantes, déjà en procédure de cessation de paiement.

Concrètement, il s'agit d'entreprises employant moins de cinq salariés (pour 72% d'entre elles) et réalisant moins de 500.000 euros de chiffre d'affaires (pour 51%).

63% des entreprises défaillantes disposaient d'un capital social inférieur à 10.000 euros et 58% d'entre elles avaient enregistré des résultats d'exploitation négatifs les deux années précédente, précise Infolégale.

Ce jeudi sur BFM Business, Agnès Pannier-Runachier, la Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances confirme d'ailleurs que pour les entreprises qui "ne fonctionnaient plus" alors "peut-être que cette crise est l'ultime coup" (voir vidéo).

68% des entreprises en défaillance relèvent des secteurs fortement impactés dans leurs activités par les mesures liées à la gestion de la crise sanitaire. Sont surtout touchées les entreprises contraintes à l'arrêt par le confinement de la population: le commerce de détail (23% des cas), la construction et le BTP (20%), les bars et restaurants (12%), les coiffeurs et spécialistes des soins du corps (6%), ainsi que les agences publicitaires (6%).

OC avec AFP