BFM Business

De Chanel à H&M: Karl Lagerfeld, ce génial touche-à-tout

Le célèbre couturier s'est essayé à de multiples projets tout au long de sa carrière, collaborant aussi bien avec Chanel qu'avec H&M ou Coca-Cola. Styliste, photographe, éditeur... le "Kaiser de la mode" était une icone aux multiples facettes.

Le monde de la mode pleure l’un de ses plus grands créateurs. Mort ce mardi 19 février, Karl Lagerfeld aura su s’imposer tout au long de sa vie comme un personnage emblématique aux yeux des passionnés mais aussi du grand public, multipliant les projets et les collaborations avec des marques tantôt prestigieuses, tantôt plus populaires.

Bien qu'il ait réussi à bâtir un empire, Karl Lagerfeld refusait de se voir comme un chef d'entreprise, préférant se définir entrepreneur: "Toute ma vie, j’ai travaillé pour d’autres, je n’ai jamais voulu être gestionnaire. Mais j’ai eu la chance d’être entouré de gens de qualité chez Chanel et chez Fendi, et pour Karl Lagerfeld (sa maison, ndlr), après des années compliquées, maintenant c’est génial", expliquait le couturier au Figaro en mai 2018, ajoutant n’avoir "jamais demandé à une maison d’apposer (son) nom à sa griffe comme ça se pratique chez d’autres".

Nommé directeur artistique chez Jean Patou en 1957, Karl Lagerfeld a commencé à collaborer avec les maisons Chloé et Fendi en 1964 et 1965, devenant par la même occasion le premier créateur de mode à lancer un parfum (Chloé) sans avoir sa propre marque. Près de vingt ans plus tard, il est nommé directeur artistique de la maison Chanel. Avec lui, la marque vieillissante redevient jeune et désirable. Pendant plus de 30 ans, il réinvente la griffe à chaque saison, jouant avec ses codes, à commencer par le fameux tailleur.

H&M, Barbie, Coca-Cola... 

Sans pour autant stopper sa collaboration avec Chanel, Karl Lagerfeld se décide à lancer sa marque éponyme en 1984. Sa griffe connaîtra des fortunes diverses. Redevenue florissante depuis quelques années, elle commercialise gadgets et accessoires à son effigie.

Se présentant comme un créateur "free-lance", Karl Lagerfeld a utilisé son talent pour capter l’air du temps et s’inviter là où personne ne l’attendait. En 2000, il dessine pour Chanel les deux timbres de la Saint-Valentin édités par La Poste. Quatre ans plus tard, il confectionne une collection pour le géant suédois du prêt-à-porter H&M, une démarche ensuite imitée par de nombreux créateurs tant l'opération fut un succès. 

Le "Kaiser de la mode" se rapproche de Sephora en 2011 en sortant sa propre collection de maquillage. En 2018, il renouvelle l'expérience en s’associant cette fois à la marque de beauté australienne ModelCo pour une collection maquillage en édition limitée. Un retour dans l'univers de la mode après avoir surpris en 2016 en s'associant avec Coca Light pour créer une bouteille de soda à son image. 

Pour les 55 ans de Barbie, il habillera la célèbre poupée d’un costume trois pièces en 2014, dans le cadre d’une collaboration avec le groupe Mattel. La poupée a été vendue en édition limitée (999 exemplaires) dans quelques boutiques parisiennes au prix de 200 euros. Le styliste n’en était pas à son coup d’essai puisqu'il avait déjà habillé et photographié la poupée Barbie pour ses 50 ans.

Photographe et éditeur 

Amateur de photographie, le couturier allemand signera les campagnes Chanel et réalisera quelques clichés pour la maison Dior. Boulimique de travail, Karl Lagerfeld ouvre sa propre galerie en 1998 (la "Lagerfeld Gallery") dans laquelle il propose à la fois des photos, des vêtements et des livres. En 1999, il se lance dans l’édition en ouvrant la librairie 7L à Paris puis en créant sa maison Éditions 7L, spécialisée dans les arts graphiques et la photographie.

En 2012, le bibliophile a même été recruté par l’un des plus célèbres quotidiens allemands, la Frankfurter Allgemeine Zeitung, dans lequel Il signait des illustrations liées à l’actualité.

Des projets immobiliers

Enfin, Karl Lagerfeld s'est également intéressé à l'immobilier. En 2017, le palace parisien Le Crillon lui offre l'opportunité de décorer deux de ses suites. Parallèlement, il participera à un projet de conception ("The Estates at Acqualina") de deux espaces résidentiels à proximité d’une plage de Miami.

Le créateur devait également lancer sa propre marque d'hôtels avec un premier projet d'établissement 6 étoiles à Macao qui devait voir le jour en 2018. Celui-ci semble néanmoins avoir pris du retard. 

Paul Louis