BFM Business

Crédit d’impôt : qui seront les vrais gagnants ?

Les services aux particuliers devraient bénéficier de la réduction du coût salarial la plus élevée.

Les services aux particuliers devraient bénéficier de la réduction du coût salarial la plus élevée. - -

Pour renouer avec la compétitivité, le gouvernement va mettre en place le crédit d'impôt d'un montant de 20 milliards d’euros.Mais les répercussions sur le coût du travail varieront fortement en fonction des branches d’activités.

Le gouvernement a-t-il survendu les bénéficies du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) ? En annonçant un plan d’allégement de 10 milliards en 2013, puis de 5 milliards les deux années suivantes, Jean marc Ayrault entendait obtenir une réduction du coût du travail de 6 %.

Mais selon des simulations publiées le 19 novembre par l’institut COE-Rexecode, on serait loin du compte. Cet institut réputé proche du patronat table sur un allégement moyen de 2,7 %, avec de grands écarts selon les branches d’activités.

L’industrie, l’un des secteurs qui a le plus besoin de renouer avec la compétitivité, serait pourtant l’un des biens moins lotis. Certes, les entreprises peuvent espérer se voir reverser près du quart du montant du futur crédit d’impôt, soit 4,1 milliards. Mais cela aurait au final une incidence modérée sur le coût du travail.

Ce décalage trouve son origine dans la composition de la masse salariale, qui sert de base au calcul des allégements. Même si le gouvernement n’en a pas totalement défini les contours, il a déjà indiqué que le mécanisme permettrait aux entreprises d’obtenir une baisse proportionnelle à la masse salariale brute payée au cours de l’année pour les salaires n’excédant pas 2,5 SMIC.

Une aubaine pour les services aux particuliers

En clair, comme dans l’industrie, les salaires étant en moyenne plus élevés que dans d’autres secteurs, le dispositif ne permettrait de réduire le coût du travail que de 2,4 %.

D’autres branches tireraient davantage parti du futur CICE. A commencer par le commerce. COE-Rexecode estime qu’il bénéficierait de 19 % des sommes allouées au futur crédit d’impôt (soit 3,72 milliards) et qu’en vertu de la configuration de sa masse salariale, l’allégement du coût du travail serait de 3,3 %.

Mais les grands gagnants seraient les services aux particuliers. Les entreprises pourraient récupérer de l’Etat 2,10 milliards en crédit d’impôt. Mais c’est la branche qui bénéficierait de la réduction du coût salarial la plus importante, en baisse de 4 %.

Coralie Cathelinais