BFM Business

Budget: la Grèce en rémission totale?

La Grèce espère obtenir de ses créanciers un délai plus long pour rembourser leur aide financière.

La Grèce espère obtenir de ses créanciers un délai plus long pour rembourser leur aide financière. - -

Le ministre grec des Finances l'assure, dans un journal allemand à paraître le 8 février: l'excédent budgétaire primaire de la Grèce va excéder les attentes et surprendre. Athènes n'a plus besoin d'aide, selon lui.

L'excédent budgétaire grec "sera une grande surprise", affirme le ministre grec des Finances dans le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung à paraître samedi. La Grèce n'a donc plus besoin de l'aide internationale: "nous avons assez d'argent", affirme Giannis Stournaras.

L'excédent budgétaire est "bien plus haut que prévu", à tel point que "quand j'ai entendu le chiffre pour la première fois, je n'y ai pas cru", s'enthousiasme le ministre, qui se refuse toutefois à en révéler le montant.

Mi-janvier, l'adjoint de Giannis Stournaras avait assuré qu'Athènes allait tenir son objectif de 800 millions d'euros d'excédent budgétaire primaire. Cela constituera le premier budget grec en excédent depuis plus d'une décennie.

Un allongement des délais de remboursement avant les élections

L'exécutif grec, qui espère ne pas avoir recours à un troisième plan d'aide, multiplie les messages rassurants sur la bonne tenue de ses finances. Il redoute les nouvelles mesures d'austérité qu'exigent immanquablement ses créanciers internationaux -FMI, BCE et UE- en contrepartie.

En revanche, le gouvernement n'a rien contre un allongement des délais de remboursement de sa dette. "Pour nous, il est capital qu'une décision sur l'échéance de la dette n'attende pas", a souligné le ministre des Finances.

A quelques semaines d'échéances électorales qui pourraient, laisse entendre Giannis Stournaras, profiter aux partis extrémistes anti-européens, il "serait dommage de perdre la confiance de la population alors qu'il ne reste que 15% (du chemin pour sortir de la crise) à effectuer", a-t-il argumenté.

N.G. avec AFP