BFM Business

Bpifrance annonce que 150.000 entreprises ont déjà débloqué un prêt garanti par l'Etat

Sur BFM Business, Nicolas Dufourcq, directeur général de la banque publique d'investissements, estime à 22 milliards d'euros le montant des prêts demandés.

La montée en puissance est nette. Le dispositif de prêts garantis mis en place par l'Etat (PGE) concerne aujourd'hui plus de 150.000 entreprises pour un montant global de 22 milliards d'euros, annonce ce mardi sur BFM Business Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance, qui a un rôle central dans les PGE.

Et en additionnant les demandes en cours, on arrive à 40 milliards d'euros, ajoute le responsable.

"La montée en puissance du régime est très forte, très puissante, très rapide. Je pense qu'on peut dire que ça démarre fort", commente le responsable. Rappelons que c'est Bpifrance qui valide les dossiers de demandes de PGE instruits par les banques. 

"Détresse économique"

"Il y a 700.000 entreprises qui ont pris du chômage partiel", rappelle Nicolas Dufourcq. "Il y a 150.000 entreprises qui ont pris le PGE à date et ça va continuer de monter. Imaginez le nombre d'entreprises qui sont par conséquent en détresse économique", ajoute-t-il. Et de mettre en avant ces "prêts longs (et) simples" qui permettent aux entreprises de gonfler leur trésorerie.

Reste la question de l'accès aux PGE. De nombreuses PME ont fait état de refus des banques, tandis que le gouvernement a bien signifié qu'il s'agissait d'aider des entreprise qui avant la crise se portaient bien.

"Les directeur généraux des banques et les présidents des grandes banques ont été extrêmement clairs. (...) Jusqu'à une note 5+ de la Banque de France, le prêt garanti par l'Etat est quasi automatique. (...) On vérifie simplement que l'entreprise n'est pas considérée en difficulté au sens de la réglementation européenne. En revanche, pour les notes 5/6 qui sont des notes un peu plus tangentes, vous allez trouver des entreprises qui sont non-fragiles, elles ne sont pas forcément florissantes (...) qui vont avoir leur prêts et d'autres qui commencent à être vraiment fragiles pour lesquelles une analyse au cas par cas doit être faite", explique le responsable.

Pour autant, Nicolas Dufourcq estime que les couacs appartiennent au passé. "Je n'entend pratiquement plus ceci en ce moment". Et l'accélération devrait se poursuivre. "La boule de neige est partie (...) 15.000 agences bancaires commercialisent le prêt, je pense que nous passerons les 100 milliards d'euros sans hésitation".

Olivier Chicheportiche