BFM Business

Taxe sur les boissons énergisantes: 40 millions de litres vendus par an en France

Marisol Touraine est favorable à la taxe sur les boissons énergisantes

Marisol Touraine est favorable à la taxe sur les boissons énergisantes - -

Les députés réunis ce mardi 23 octobre pour examiner le Projet de loi de financement de la sécurité sociale, vont décider de l’instauration d’une taxe sur les boissons énergisantes. Un marché en pleine expansion.

Le PLFSS est examiné ce mardi 23 octobre. Deux amendements concernent l'instauration d'une taxe sur les boissons énergisantes. L’une est défendue ce matin par Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la Santé. Un des arguments pour la ministre est la dangerosité potentielle de ce type de boissons pour les jeunes, surtout que le marché controversé des boissons énergisantes a explosé ces derniers mois.

En ligne de mire du gouvernement, les boissons riches en taurine et caféine, dont les porte-drapeaux sont les deux marques Red Bull et Monster.

Entre 30 et 40 millions de litres de boissons énergisantes se vendent chaque année en France. Sur les 12 derniers mois, on observe une progression de plus de 16%, une croissance impressionnante dans un contexte pourtant difficile pour les boissons sucrées en général, déjà taxées depuis l'année dernière.

Des dizaines de millions d'euros en plus pour la Sécu

Et justement, une partie des parlementaires veulent différencier la fiscalité des boissons sucrées en général de celle de ces breuvages chargés en ingrédients stimulants. La future taxe concernerait les boissons qui contiennent au moins 220 mg de caféine ou 300 mg de taurine par litre.

Un amendement parle d'une taxe de deux euros par litre, un autre de 50 centimes par litre, soit plusieurs dizaines de millions d'euros en plus dans les caisses de la sécurité sociale.

Les industriels des boissons énergisantes sont déjà dans le collimateur des agences sanitaires de plusieurs pays. Pas sûr donc qu'ils se mobilisent outre mesure si une nouvelle taxe leur était imposée.

Isabelle Gollentz