BFM Business

Sécurité: un magasin peut-il contrôler 150.000 clients par jour?

-

- - Bertrand Guay - AFP

Alors que se profile le grand rush des achats de Noël, le ministre de l'Economie a tenu à rassurer le monde économique lors d'une réunion à Bercy ce lundi. Les lieux de flux comme les magasins devront renforcer les contrôles dans la limite du possible.

Surtout ne pas entamer la timide reprise française en sabordant la consommation. Tel était le message du ministre de l'économie Emmanuel Macron qui a tenu ce matin à Bercy une "cellule de continuité économique" avec les représentants des grandes fédérations patronales en France. L’objectif était d’informer les principaux opérateurs des entreprises françaises vitales (télécommunications, grande distribution etc.) des différentes mesures prises ce week-end. Et, en l'occurrence, il n'y pas vraiment de nouvelles directives vu que le plan Vigipirate Alerte Attentat (la dénomination qui remplace "écarlate" depuis 2013) est en place depuis les attentats de janvier. 

Néanmoins la présence du ministre en personne a été très appréciée et a rassuré la quarantaine de participants. "C'est la première fois qu'un ministre en personne préside en personne ce type de réunion, explique l'un d'entre eux. En général c'est le haut fonctionnaire de défense qui s'en charge. Il n'y a pas eu de grandes révélation, on nous a principalement rappelé que le préfet pourrait exiger la fermeture de tel ou tel site le cas échéant. Mais l'objectif c'est le maintien de l'activité normale."

Pour l'heure dans le cadre de l'interdiction des rassemblements, il a été décidé de fermer le marché de Noël des Champs-Elysées à Paris jusqu'au 19 novembre dans un premier temps. En revanche, celui très fameux de Strasbourg devrait bien avoir lieu sous réserve, précise la capitale de l'Alsace, qu'il y ait les forces de sécurité suffisantes. 

Le contrôle total est illusoire

Pour l'ensemble des acteurs économiques, c'est bien le problème. Comment concilier le maintien d'une activité normale tout en maintenant un niveau élevé de sécurité? Le tout avec des moyens limités. Un exemple avec la grande distribution. Les enseignes que nous avons contactées assurent que les contrôles aux entrées seront renforcés. Principalement la fouille des clients aux entrées. Néanmoins il est difficile d'imaginer que 100% des sacs soient vérifiés en période de forte affluence. Il faut ainsi savoir que pendant la période des achats de Noël, certains magasins comme les Galeries Lafayette à Paris reçoivent jusqu'à 150.000 clients par jour. L'équivalent de la ville de Grenoble qui va faire ses courses de Noël dans un magasin!

"La sécurité est une priorité permanente et nous voulons rassurer les clients, indique-t-on du côté de l'enseigne. Nous contrôlerons le plus possible." Selon un spécialiste de la sécurité en magasin, le contrôle à 100% est évidemment illusoire dans ce genre de circonstance. "La surveillance des sacs va se faire de manière aléatoire dans ce cas-là, explique ce spécialiste. Evidemment si vous arrivez dans un magasin avec un énorme sac de 80 litres vous aurez plus de chance de vous faire contrôler."

En tout cas les magasins vont tout faire pour ne pas avoir à fermer. Par exemple, samedi 14 novembre, aux lendemains des attaques terroristes ceux du boulevard Haussmann ont choisi de baisser leurs rideaux non pas par manque de personnel ou par interdiction préfectorale contrairement à ce qu'affirment certains médias. "Nous tenions à ouvrir le matin, c'était un acte de résistance pour nous, indique la communication des Galeries Lafayette Haussmann. Mais nous n'avions plus assez de personnel l'après-midi et nous avons dû fermer."

Frédéric Bianchi