BFM Business

Publicité jugée raciste: des magasins H&M saccagés en Afrique du Sud

-

- - Capture d'écran de la vidéo twittée par EFF

Des manifestants ont protesté devant des magasins H&M et en ont saccagé plusieurs samedi en Afrique du Sud, en réaction à une publicité du groupe jugée raciste, qu'il a retirée la semaine dernière.

La police sud-africaine est intervenue samedi à Johannesburg pour disperser des manifestants qui dénonçaient une publicité jugée raciste, aujourd'hui retirée, de l'enseigne de vêtements H&M.

Plusieurs dizaines de militants des Combattants économiques de la liberté (EFF, gauche radicale) ont défilé dans la matinée devant des magasins de la marque dans plusieurs centres commerciaux de l'agglomération.

La police a tiré avec des balles en caoutchouc

"Dans le centre commercial de East Rand, des manifestants ont réussi à entrer dans un magasin et y ont volé des articles. La police a dû intervenir et disperser les manifestants en tirant des balles en caoutchouc", a tweeté la police. Le Huffington Post affirme de son côté, images à l'appui, que les manifestants sont entrés dans six boutiques pour les vandaliser.

La dernière campagne de promotion de H&M comportait une photo montrait un enfant noir portant un sweat-shirt recouvert de l'inscription: "Coolest monkey in the jungle" ("Le singe le plus cool de la jungle").

-
- © -

Le groupe a annoncé lundi le retrait de cette photo, qui a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux et fait dire à plusieurs stars qu'elles ne collaboreraient ni n'achèteraient plus chez H&M, et présenté des excuses.

L'un des chefs des EFF, Floyd Shivambu, a justifié les actions de protestation de ses troupes. "Cette ineptie de magasin de vêtements @hm doit accepter les conséquences de son racisme", a-t-il jugé sur Twitter. "Tous les gens censés seront d'accord pour que cette enseigne ne soit plus autorisée en Afrique du Sud. Bravo aux militants des EFF qui ont affronté physiquement le racisme", a-t-il ajouté.

Ce n'est pas la première fois qu'une grande marque est mise en cause de la sorte. En octobre dernier, la marque de cosmétiques Dove avait été aussi accusée de racisme pour une publicité montrant une femme noire enlevant un tee-shirt pour laisser apparaître une femme blanche et rousse, qui elle-même enlevait son tee-shirt pour laisser apparaître une troisième femme brune au teint mat.

N.G. avec AFP