BFM Business

Pour les cigarettiers, la lutte contre le tabac de contrebande ne va pas assez vite

La lutte contre le tabac de contrebande est la "priorité" du gouvernement.

La lutte contre le tabac de contrebande est la "priorité" du gouvernement. - Joel Saget - AFP

Des cigarettiers veulent une accélération de la mise en œuvre du plan de lutte contre le tabac de contrebande. Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, affirme que "ce sera la priorité du quinquennat".

Plusieurs cigarettiers ont demandé au gouvernement français d'accélérer la mise en oeuvre du plan de lutte contre le tabac de contrebande. Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, qui présentait le bilan annuel des douanes, a cité le tabac de contrebande comme "le seul point noir", avec des saisies en recul de 8% en 2017 à 238 tonnes. "Les chiffres ne sont pas bons, ils doivent s'améliorer, ce sera la priorité du quinquennat et de l'année qui vient en parallèle de l'augmentation du prix du tabac", a insisté le ministre.

"Au regard du choc de prix sans précédent qui a démarré au 1er mars, une explosion du marché parallèle dès 2018 est certaine. Ce nouveau contexte requiert une mobilisation extraordinaire pour lutter contre ces trafics", a déclaré Eric Sensi-Minautier, directeur des affaires publiques, juridiques et de la communication pour British American Tobacco (BAT). Selon lui, "il est nécessaire de lutter sans relâche contre ces trafics, notamment en provenance d'Afrique du Nord, source principale des cigarettes de contrebande en France".

"L'effet d'une douche froide"

Pour Hervé Natali, expert prévention et actions contre les trafics pour Seita (filiale française de Imperial Tobacco), "le bilan des saisies arrive à point nommé quelques jours après une nouvelle hausse des prix du tabac et fait l'effet d'une douche froide". Mais "ce n'est pas parce que les saisies ont diminué qu'il y a moins de tabac illicite consommé en France !"

"Il est urgent que les autorités accélèrent la mise en oeuvre du plan de lutte contre les trafics annoncé il y a quelques semaines et notamment le volet sensibilisation qui a pour but de faire prendre conscience des conséquences et des risques relatifs aux achats de tabac illicite", a ajouté Hervé Natali.

La semaine dernière, un vaste réseau de contrebande de tabac alimentant l'ensemble de la région lyonnaise a encore été démantelé par les douaniers et les gendarmes, qui ont saisi 2,4 tonnes de cigarettes et 75.000 euros. Suite à cela, le cigarettier Philip Morris avait sommé dans un communiqué "les pouvoirs publics de continuer à intensifier la lutte contre toutes les formes de commerce illicite de produits du tabac", tout en citant "les implications économiques, sociales et sécuritaires énormes" de ce commerce, telles que la "perte de recettes fiscales pour les gouvernements" ou "la diminution de l'efficacité des politiques en matière de santé publique".

D. L. avec AFP