BFM Business

Peut-on obliger les collectivités à acheter de la viande française?

En pleine crise des éleveurs, Manuel Valls veut généraliser "l'approvisionnement local" dans les restaurations collectives de l'Etat. Mais en pratique, obliger les cantines des écoles et des collèges à acheter de la viande française n'est pas si simple.

Au lendemain de la présentation du plan d'urgence du gouvernement, le mouvement des éleveurs se poursuit. Les barrages routiers persistent dans plusieurs régions ce jeudi, notament aux portes de Lyon et du Mont-Saint-Michel.

Le président de la République François Hollande est allé à leur rencontre dans la matinée à Dijon. Le chef de l'Etat appelle la distribution à faire des efforts, les industriels à rendre des comptes. Le premier ministre Manuel Valls demande lui aux collectivités locales de s'approvisionner désormais localement.

Et le chef du gouvernement veut montrer l'exemple en matière de consommation de viande française: le service des achats de l'Etat va renégocier tous les contrats d'approvisionnement pour privilégier la viande origine France. Seront donc concernées les cantines des ministères, des hôpitaux, des prisons et des armées....

Des contrats pluriannuels difficiles à dénoncer

Manuel Valls invite les collectivités locales à faire de même pour les écoles et collèges. Un appel clair au "patriotisme agricole". Le conseil départemental de la Mayenne vient d'en prendre l'engagement par exemple, en débloquant une rallonge budgétaire.

Mais malgré toute la bonne volonté, l'incitation n'aura pas d'effets immédiats. La restauration collective fait en général l'objet de contrats pluriannuels difficiles à dénoncer. Et puis dans la pratique, on ne peut pas les forcer à acheter français. C'est même contraire aux règles européennes - approuvées par la France - de non discrimination et d'égal accès à la commande publique.

A moins de trouver une solution juridique, les cantines françaises devraient donc continuer comme aujourd'hui à importer les deux tiers de la viande consommée.

Hélène Cornet