BFM Business

Naf Naf connaîtra le nom de son repreneur le 19 juin

La crise du coronavirus a aggravé les difficultés de l'enseigne, placée vendredi en redressement judiciaire.

La crise du coronavirus a aggravé les difficultés de l'enseigne, placée vendredi en redressement judiciaire. - Philippe HUGUEN - AFP

L'enseigne, placée en redressement judiciaire, est convoitée par deux groupes : Beaumanoir et SY International. Le tribunal de commerce de Bobigny rendra son verdict le 19 juin.

L'enseigne de prêt-à-porter Naf Naf, placée en redressement judiciaire, connaîtra le 19 juin qui du groupe Beaumanoir ou de SY International aura les faveurs du tribunal de commerce de Bobigny, chargé de statuer sur le nom de son repreneur, a-t-elle fait savoir jeudi à l'AFP.

A l'audience mardi, les deux concurrents ont défendu leur offre, et c'est le dossier de SY International, dirigé par l'homme d'affaires Selçuk Yilmaz, qui a eu la préférence des administrateurs judiciaires et des représentants du personnel, a précisé un porte-parole de Naf Naf.

Le procureur de la République s'est pour sa part prononcé pour l'offre de Beaumanoir, dont le siège se trouve à Saint-Malo et qui est déjà candidat à une reprise partielle de l'enseigne de chaussures et vêtements La Halle (groupe Vivarte).

"Mais il a dit qu'il ne s'opposerait pas à ce que le président du tribunal retienne au final SY International", un groupe industriel qui possède des usines en Turquie et au Maghreb, a-t-on précisé de même source.

"L'essentiel étant que quoiqu'il arrive, Naf Naf soit sauvé"

Les deux offres déposées diffèrent sensiblement: SY reprendrait 944 salariés sur 1.170 et 200 des 221 points de vente, tandis que Beaumanoir (propriétaire entre autres de l'enseigne Morgan) conserverait 704 personnes et 170 boutiques. "SY est parvenu à faire une offre mieux disante, l'essentiel étant que quoiqu'il arrive, Naf Naf soit sauvé", ajoute-t-on du côté de l'enseigne. Le tribunal de commerce de Bobigny (Seine-Saint-Denis) avait ordonné mi-mai le placement en redressement judiciaire de Naf Naf, deux ans après son rachat par un consortium d'investisseurs mené par le groupe chinois multimarques de mode La Chapelle.

Fin mai, Luc Mory, le PDG de Naf Naf, avait donné sa préférence à une reprise par SY International, un fournisseur de l'enseigne "depuis plus de 30 ans" et qui "cherche à mettre un pied dans la distribution". "Il a fait l'acquisition de Sinequanone récemment, et en alliant fabrication et distribution, vous avez quelque chose de beaucoup plus efficace en terme de supply chain", avait-il alors expliqué.

Pour Beaumanoir, l'acquisition de Naf Naf "s'inscrirait dans une consolidation de sa position sur le segment premium de la mode accessible, aux côtés de la marque Morgan", avait précisé ce groupe familial breton fin mai.

TL avec AFP