BFM Business

McDonald's fait sa plus grosse acquisition depuis 20 ans

Une borne dans un restaurant McDonald's - Image d'illustration

Une borne dans un restaurant McDonald's - Image d'illustration - Joe Raedle - Getty Images North America - AFP

Le géant du fast-food s'empare de la start-up israélienne Dynamic Yield pour personnaliser ses menus en temps réel. Un deal à plus de 300 millions de dollars.

McDonald's va plus loin dans la digitalisation de ses restaurants. Après les bornes de commandes, les écrans interactifs, les paiements et les commandes via mobile ou les livraisons avec UberEats, le groupe veut cette fois utiliser la data pour adapter ses menus. 

La technologie développée par la start-up israélienne Dynamic Yield permet de proposer des promotions et de mettre en avant des produits en fonction de la météo, du moment de la journée, de la fréquentation dans le fast-food et de la commande en cours du client. Il s'agit par exemple de pousser la vente de McFlurry quand il fait chaud, de cafés en début de journée, mais aussi d'inciter les clients à commander des produits rapide à préparer ou déjà prêts en période de forte fréquentation. L'exploitation des données des dizaines de millions de commandes quotidiennes servira à affiner les propositions.

Un premier test lancé l'an dernier dans certains drive-in aux Etats-Unis a visiblement été fructueux puisque McDonald's a décidé de s'emparer de la start-up, avant de généraliser cette technologie de personnalisation dans l'ensemble de ses restaurants et sur son application. Le géant américain met plus de 300 millions de dollars sur la table, preuve de l'importance de ce virage technologique pour McDonald's : le groupe n'avait fait aucun investissement d'ampleur depuis sa prise de participation dans la chaîne de restaurant tex-mex Chipotle, en 1998 (une participation d'ailleurs revendue en 2006). 

Un contrat avec Capgemini

« La technologie est un élément critique de notre plan de croissance », a rappelé le PDG de McDonald's Steve Easterbrook dans un communiqué. Cette offensive digitale doit aider le groupe à se différencier sur un marché de la restauration rapide en perte de vitesse, en particulier aux États-Unis. En 2017, le géant américain avait notamment signé un contrat pluriannuel avec le groupe français de services informatiques Capgemini, en collaboration avec Publicis.Sapient, dont le but était déjà d'accompagner la digitalisation de l'expérience client dans ses restaurants.

Dynamic Yield, qui est basé à New York et Tel Aviv, continuera à exister de manière indépendante et poursuivra sa collaboration avec d'autres enseignes déjà clientes, comme Ikea, Urban Outfitters ou Forever 21.