BFM Business

Les Français un peu moins portés sur le champagne

Ces cinq dernières années, les ventes de champagne ont reculé de 5,4%.

Ces cinq dernières années, les ventes de champagne ont reculé de 5,4%. - Andrew Burton - Getty Images - AFP

Si le marché des vins pétillants se porte à merveille, le champagne voit sa suprématie contestée par les vins mousseux comme le prosecco italien ou le cava espagnol.

Les marchés des vins pétillants reste en bonne forme. L'an passé les ventes ont encore augmenté de 0,8% en volume par rapport à 2013, selon les chiffres de FranceAgriMer.

Mais, fait surprenant, l'indémodable et indétrônable champagne est de plus en plus menacé. Ses ventes, en France, ont reculé de 0,5% l'an passé, et même de 5,4% sur cinq ans.

A l'origine de cette contre-performance, la concurrence avec les bulles provenant de l'étranger. Entre le cava espagnol et le prosecco italien, la bataille est même assez rude. Les ventes de ces deux mousseux ont ainsi progressé de 32% sur cinq ans en volume, ne cessant de grappiller des parts de marché au champagne.

Une guerre qui ne fait que commencer

Et, plus globalement, les vins effervescents étrangers ont enregistré une belle progression de 15% en volume, pour atteindre 9 millions de bouteilles.

Ces vins pétillants du Sud sont plus légers, plus doux, plus sucrés et surtout moins cher. C'est le cas du prosecco italien. Porté par la mode du spritz, la star des cocktails de l'été, une bouteille se vend entre 8 et 15 euros, ce qui est trois fois moins cher qu'un champagne.

De plus, "le consommateur admet de plus en plus qu'un bon crémant vaut mieux qu'un mauvais champagne", explique Caroline Blot, chefs de l'Unité cultures et filières spécialisées de FranceAgriMer.

Et la guerre des bulles n'en est qu'à ses débuts. Déjà bien implanté sur le marché européen, le prosecco s’impose de plus en plus aux Etats-Unis où ses ventes ont bondi de 34% l'an dernier.

Stéphanie Coleau, édité par J.M.