BFM Business

Le fabricant du Botox racheté pour 63 milliards de dollars

Cette opération traduit le retour des grandes manœuvres dans la filière pharmaceutique.

Cette opération traduit le retour des grandes manœuvres dans la filière pharmaceutique. - AFP

Abbvie, une entreprise américaine spécialisée dans la recherche pharmaceutique, a annoncé ce mardi avoir racheté son concurrent Allergan, qui fabrique le fameux traitement anti-rides Botox, pour 63 milliards de dollars.

Un mariage sous le signe de l’anti-rides se prépare. En dévoilant son intention de mettre la main au portefeuille pour racheter Allergan, le laboratoire pharmaceutique américain Abbvie s’apprête à devenir non seulement un mastodonte du secteur, mais surtout un groupe dont le chiffre d’affaires annuel pourrait atteindre 48 milliards de dollars.

En s’unissant au père du Botox, Abbvie disposerait de ce fait d’une présence dans 175 pays et compléterait son portefeuille de médicaments avec notamment le fameux Botox, mais également Humira, un traitement contre la polyarthrite rhumatoïde qui n'est autre que le plus vendu au monde.

Abbvie contre-attaque

A l’heure où les pressions politiques visant à opérer des baisses de prix sur les médicaments outre-Atlantique sont légion, cette opération traduit le retour des grandes manœuvres dans la filière pharmaceutique.

En rachetant Allergan, Abbvie prépare, en réalité, une contre-offensive pour tenter d’anticiper le déclin annoncé des ventes d'Humira. D’une part parce que les brevets du médicament en question risquent prochainement de tomber dans le domaine public ; d’autre part, parce que les traitements concurrents se multiplient. Le laboratoire français Sanofi ayant, notamment, développé Kevzara (sarilumab).

Domicilié fiscalement en Irlande, Allergan est, certes, principalement connu pour son fameux anti-rides, mais également pour d’autres produits dermatologiques et médicamenteux qui traitent la mucoviscidose notamment. Mais Allergan, c’est aussi le numéro 2 mondial de l'ophtalmologie avec des traitements contre les glaucomes par exemple ou pour lutter contre les yeux secs (Restasis étant l’un de remèdes les plus rentables) et les maladies de la rétine.

19 milliards de dollars pour financer la dette

Techniquement, la fusion Abbvie-Allergan devrait générer une trésorerie estimée à 19 milliards de dollars. Une somme qui se veut visiblement essentielle pour Abbvie dans la mesure où elle pourrait lui permettre de rembourser la dette que la firme américaine s’apprête à contracter pour financer l’opération.

En principe, Abbvie devrait verser 188,24 dollars par action Allergan, dont 120,30 dollars en numéraire et le solde en actions. Pour les actionnaires d'Allergan, cette offre pourrait constituer une prime de 45% par rapport au cours de clôture du titre lundi 24 juin à Wall Street. Selon Abbvie, il est également prévu que le futur groupe demeure fiscalement domicilié aux Etats-Unis, notamment dans le Delaware, au nord-est du pays.