BFM Business

F1: Ferrari est l’équipe qui vaut le plus cher

Ferrari vaut 1,35 milliard de dollars selon le dernier classement Forbes

Ferrari vaut 1,35 milliard de dollars selon le dernier classement Forbes - Nelson Almeida - AFP

La dernière manche du championnat du monde de F1 se joue dimanche 22 novembre à Abu Dhabi. Si Mercedes est certaine de remporter le titre constructeurs, l’équipe qui a le plus de valeur selon Forbes reste Ferrari avec 1,35 milliard de dollars.

Dernière ligne droite pour la F1 ce dimanche 22 novembre. Le tout dernier Grand Prix de la saison se joue à Abu Dhabi. Chez les pilotes le suspense demeure: qui du Britannique Lewis Hamilton ou de l’Allemand Nico Rosberg remportera le Graal?

Au niveau des écuries en revanche la messe est dite. Mercedes est déjà assurée de remporter le titre. Pour tout dire, l’écurie allemande a écrasé cette saison 2014, avec pour le moment 15 victoires sur 18 possibles.

Et pourtant un titre échappera à Mercedes, celui d’écurie la plus chère au monde. Ce trophée-là revient à Ferrari. L’équipe au cheval cabré vaut, en effet, 1,35 milliard de dollar, selon le dernier classement Forbes des équipes de F1 les plus chères, paru le 12 novembre dernier. Soit environ 1,1 milliard d’euros.

Une équipe peu performante mais rentable 

Une première place qui peut paraître paradoxale quand on sait que la “scuderia” a connu une saison 2014 calamiteuse. Au point que le manque de réussite en F1 est l’une des raisons qui ont poussé vers la sortie l’ex-patron de longue date de Ferrari, Luca Di Montezemolo, en septembre dernier.

C’est que les résultats sportifs ne suffisent pas à faire la force financière d’une équipe. Et à ce titre Ferrari reste solide.

Avec des revenus en 2013 de 460 millions de dollars pour un budget estimé à 400 millions par Forbes, l’écurie reste rentable malgré l’absence du moindre de titre de champion du monde depuis 2007.

Gros sponsoring et privilèges

Cette santé financière qui justifie l’importante valorisation de Ferrari a plusieurs explications. Tout d’abord, la "scuderia" bénéficie des plus gros contrats de sponsoring, une des clefs pour pouvoir aligner une voiture compétitive.

Le groupe tire ainsi 200 millions de dollars de seulement trois partenaires: Shell, Santander et Philip Morris. Pour donner un élément de contexte, Forbes rappelle que des écuries négocient certains contrats à un peine un million de dollars ou vont parfois jusqu’à ne rien demander en échange d’une assistance technique.

Ensuite, Ferrari est avantagée au niveau de la fameuse distribution des revenus, qui fait actuellement débat dans les paddocks. Pour rappel, un peu moins de la moitié des revenus collectés par la F1 (droits télévises, sponsoring sur les circuits, etc…) est redistribuée aux équipes. Mais Ferrari, en plus de l’argent issu de ce système peu lisible, dispose d’un “bonus” qui correspond à 5% des revenus, simplement parce que l’écurie est la plus ancienne sur le circuit.

Mercedes et Red Bull pas rentable

Tout ceci fait que l’équipe italienne écrase la concurrence dans le classement Forbes. Derrière Ferrari on retrouve une autre équipe à la recherche de son lustre d’antan: McLaren, avec 810 millions de dollars en valeur en 2013. Un chiffre qui est en grande partie dû à un contrat de sponsoring avec Vodafone estimé à 75 millions de dollars.

Le podium est complété par Red Bull avec 640 millions de dollars. L’écurie autrichienne, contrairement aux deux premières citées, n’est pas rentable, ses revenus étant estimés à 246 millions de dollars pour un budget de 345 millions. Mais l’enjeu pour cette écurie n’est pas tant la rentabilité directe. Forbes explique ainsi que Red Bull se sert de son équipe de F1 comme d’une vitrine, et, de fait, limite les contrats de sponsoring, pour davantage mettre en avant sa marque. L’exposition publicitaire en F1 de Red Bull serait ainsi évaluée à 283 millions de dollars. Ce qui expliquerait l’investissement colossal du groupe , à 1,2 milliard de dollars.

Le même raisonnement s’applique avec Mercedes quatrième au classement de Forbes (560 millions de dollars), avec des revenus en 2013 à 200 millions de dollars pour un budget de 295 millions. Le but de l’allemand n’est pas forcément de ramener de juteux de contrats de sponsoring mais plutôt d’exposer la marque et, théoriquement, influer sur les ventes de véhicules. Difficile de savoir si la magnifique saison de F1 y est pour quelque chose, mais sur les neuf premiers mois de l’année, les ventes mondiales de Mercedes - Benz affichent une hausse de 11%...

Le classement complet de Forbes

1/ Ferrari 1,35 milliards de dollars

2/ Mc Laren 810 millions

3/ Red Bull 640 millions

4/ Mercedes 560 millions

5/ Williams 380 millions

6/ Lotus 245 millions

7/ Force India 160 millions

8/ Sauber 155 millions

9/ Toro Rosso 150 millions

Julien Marion