BFM Business

Des ex-salariés de Lejaby créent un atelier à Lyon

Dans le banlieue de Lyon, à Villeubanne, des ex-salariés de Lajeby vont faire perdurer le savoir-faire français en corseterie.

Dans le banlieue de Lyon, à Villeubanne, des ex-salariés de Lajeby vont faire perdurer le savoir-faire français en corseterie. - -

Grâce à un appel aux dons lancé sur Facebook et à l’apport d’investisseurs privés, l’association les Atelières va pouvoir ouvrir un atelier de corseterie haut de gamme. Elle entame le recrutement de 25 personnes dès mercredi 19 septembre.

L’association Les Atelières touche au but : un atelier de corseterie haut de gamme va pouvoir voir le jour à Villeurbanne, près de Lyon, dès le début de l’année 2013. A l’origine de cette initiative, six ouvrières des ateliers de Lejaby, toujours en poste ou licenciées, mais aussi trois passionnées qui souhaitent voir perdurer le savoir-faire français en matière de corseterie.

Parmi elles, Muriel Pernin, directrice d’une agence de communication, qui a eu l’idée de lancer un appel aux dons sur Facebook, en juin 2012. A ce jour, 60 000 euros ont été réunis, grâce à la générosité de 5500 donateurs. " Le plus souvent nous avons reçu 10 euros, mais parfois 1000 euros aussi. Nous espérons parvenir au chiffre de 100 000 euros d’ici la fin de l’année", explique Muriel Pernin.

Cette somme va permettre à l’association de prendre une participation dans la société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) qui va être fondée au début du mois d’octobre. Des investisseurs privés vont aussi monter au capital. "Ils vont apporter entre 5000 et 20 000 euros. Nous allons aussi recevoir des aides publiques. Nous sommes en cours de négociations avec le préfet de Rhone-Alpes" détaille-t-elle.

Une centaine de candidates

Toutes ces démarches se concrétisent dès demain, mercredi 19 septembre, par les premiers entretiens d’embauches. " Nous allons recruter 25 personnes, dont 22 ouvrières", précise Muriel Pernin.

Plus d’une centaines de candidates se sont fait connaitre. Toutes ne sont pas issues du plan social qui a frappé les ateliers Lejaby de Rillieux (Rhône) et d’Yssingeaux (Haute-Loire). Même si leur histoire a été moins médiatisée, la région lyonnaise a vu fermer de nombreux ateliers de corseterie qui ont mené au chômage de nombreuses ouvrières. Chacune a sa chance, les Atelières ayant prévu de leur fournir deux mois de formation afin qu’elles soient en mesure de répondre aux exigences de la production de luxe.

Miser sur l'étiquette 100 % français

L’objectif de la nouvelle société est d’atteindre un chiffre d’affaires de 1,1 million d’euro dès la première année. Le carnet de commandes est déjà bien rempli. La maison Lejaby, reprise par Alain Prost, l’ex-PDG de l’italien La Perla, est en tête de liste " elle va assurer 1/3 de notre chiffres d’affaires. En ce moment, nous sommes en négociation avec des maisons de luxe qui sont à la recherche d’un savoir-faire haut de gamme pour assurer la production de leurs collections." explique Muriel Pernin.

Les Atelières comptent en effet tirer parti de la pénurie d’atelier 100% français, une carte de visite très prisée sur le marché du luxe, afin d’assurer son développement.

Coralie Cathelinais