BFM Business

Ces produits qui ont vu leurs ventes bondir pendant le mondial

Les ventes de bières ont fortement augmenté pendant la compétition

Les ventes de bières ont fortement augmenté pendant la compétition - JOEL SAGET / AFP

Selon une étude de Nielsen, le chiffre d'affaires des grandes surfaces a progressé de 2,1% entre le 17 juin et le 15 juillet grâce à l'augmentation des ventes de certains produits de grande consommation.

La grande distribution peut dire merci aux Bleus. La Coupe du monde, couplée à une météo particulièrement favorable, a boosté les ventes de certains produits de grande consommation, selon une étude de Nielsen dévoilée par Le Figaro.

En analysant les tickets de caisse des distributeurs, Nielsen a constaté que le chiffre d’affaires des grandes surfaces a augmenté de 2,1% (+ 211 millions d’euros) pendant le mois de compétition par rapport à la même période un an plutôt. Mieux encore, leurs ventes ont progressé de 21% le dimanche 15 juillet, jour de la finale, par rapport aux quatre dimanches précédents. Il s’agit par ailleurs du meilleur dimanche de l’année.

Le parcours des Bleus booste la consommation de bière

Les Français se sont notamment rués sur la bière les jours de matchs avec une hausse des ventes de 14% entre le 17 juin et le 15 juillet 2017 (59 millions d’euros de plus qu’il y a un an sur la même période). Un phénomène surtout observé le samedi du huitième de finale contre l’Argentine (+27%) et le mardi de la demi-finale face à la Belgique (+57%). La bière a ainsi enregistré six de ses dix meilleures journées de ventes, depuis un an et demi, pendant le mondial.

De leur côté, les ventes de pizzas et de chips ont respectivement bondi de 16% et 11% pendant la compétition tandis que la première marche du podium revient aux bonbons (+24%). Les Français ont également fêté la victoire avec du champagne, les ventes ayant été 2,5 fois plus importante le jour de la finale qu’un dimanche classique. Au total, le marché du champagne a progressé de 8% pendant le mois de compétition.

S’agissant des magasins de proximité, ces derniers ont également profité de l’effet Coupe du monde. La bière, les chips et les boissons sans alcool ont représenté 24% de leurs ventes, contre 15% habituellement. Reste que l’effet Coupe du monde a été très limité, car concentré sur des secteurs précis. Dans l’habillement par exemple, les soldes n’ont pas brillé par leur succès et les commerçants s’attendent à un chiffre d’affaires inférieur à 2017.

P.L