BFM Business

Cadeaux de Noël: pour acheter des jouets au meilleur prix, c’est maintenant

UFC-Que Choisir suit chaque année la variation du prix des jouets. Conclusion: vous avez jusqu'au début du mois de décembre pour faire vos achats de Noël, avant que les prix ne repartent à la hausse.

Le prix des jouets est proche de son plus bas. C’est le constat du magazine Que Choisir, qui a relevé le prix de 46 jouets "vedettes" du 1er septembre au 31 décembre 2018. Son panel compte seize sites internet marchands, de la grande distribution aux e-commerces comme Cdiscount ou Amazon.

Bilan: le prix des jouets est au plus haut niveau en septembre, puis baisse progressivement jusqu’en novembre. Pricing Assistant relevait en 2017 que la semaine la plus intéressante était la première de décembre, après une chute moyenne des prix de 12% pendant quinze jours. Puis ça repart à la hausse, et même encore après le passage du Père Noël.

Prix garantis jusqu'au 24 décembre dans certains magasins

Mais ce décollage diffère d’un vendeur à l’autre: Si Joué Club, Maxi Toys ou Géant Casino garantissent les mêmes prix entre le catalogue et le magasin jusqu’à Noël, d’autres enseignes commencent à augmenter leurs prix à partir de la mi-décembre, comme chez Cora ou Hyper U. Pour KingJouet ou La Grande Récré, c’est dès le début du mois.

Mais est-ce pour autant plus intéressant d’acheter chez Joué Club, Maxi Toys ou Géant Casino? Le magazine Que Choisir se penche sur la différence des prix sur les catalogues des différentes enseignes. Une bonne moitié de jouets affichent le même prix, comme les poupées Barbie par exemple.

Le casse-tête des Lego

Mais pour Cubby l’ours curieux, qui a reçu le grand prix du jouet 2019, il en coûtera ce mercredi 70 euros à JouéClub, 76 chez Maxi Toys, 85 à la Fnac, même chose à King Jouet, mais 110 euros à La Grande Récré. Quant aux Lego, le prix varie d’un magasin à l’autre et le plus compétitif n’est pas toujours le même d’un produit de la même marque à l’autre...

Pour remplir leur hotte de père Noël, au consommateur donc de bien comparer les différentes enseignes, entre celles qui proposent un prix au catalogue moins cher mais réaugmentent leurs prix dès le 1er décembre. Ou les sites de e-commerce qui proposent plus de références, mais font payer les frais de transport…

Ce scénario se répète ainsi chaque année. Et si 2019 suit la règle, on peut encore s’attendre à ce qu’une partie des consommateurs aille tout de même faire ses achats au dernier moment.

Fanny Guyomard