BFM Business

Bruno Le Maire considère le coronavirus comme "un cas de force majeure" pour les entreprises

Bruno Le Maire, ministre le d'Economie, et Muriel Pénicaud, ministre du travail, ont annoncé des mesures d'exception pour faire face à l'épidémie de Coronavirus qui est considérée comme " un cas de force majeure pour les entreprise, salariés et employeurs".

A l'issue d'une réunion avec les partenaires sociaux au ministère du Travail, Bruno Le Maire, ministre le d'Économie, a déclaré que le coronavirus est désormais considéré comme "un cas de force majeure".

Le ministre a annoncé aux entreprises travaillant pour l'État qu'elles ne seront pas pénalisées en cas de retards de livraison. Il a également annoncé des "possibilités de recours à l'activité partielle" et "l'étalement des charges sociales et fiscales pour les entreprises qui en auront besoin". Bruno Le Maire a précisé que les collectivités locales devront faire de même.

Impact sur la croissance incertain

Concernant l'impact sur la croissance, évalué pour l'instant à 0,1%, le ministre de l'Économie reste prudent. "Ce chiffre pourra être plus élevé en fonction de l'évolution de la maladie". Mais aucun chiffre ne sera donné pour l'instant.

Bruno Le Maire attend des éléments statistiques "fiables" pour donner une évaluation précises. Il met en garde sur des données qui pourraient circuler avant. "Ce sont des précisions au doigt mouillé", estime le ministre en ajoutant que des mesures européennes sont étudiées avec ses homologues de l'Union européenne. 

"Je préciserai cette évaluation de l'impact de l'épidémie sur la croissance en fonction des remontées que les entreprises me feront filière par filière la semaine prochaine", a-t-il précisé, ajoutant qu'il réunira à nouveau les filières économiques la semaine prochaine à Bercy et qu'il verrait aussi des économistes et prévisionnistes, notamment de l'OCDE et aurait des contacts avec le FMI et le G20.

Pascal Samama