BFM Business

2020, l'année catastrophique du secteur aérien en chiffres

Compagnies aériennes, constructeurs d'avions et aéroports ont publié leurs résultats annuels, dramatiques, qui illustrent le tsunami sans précédent que traverse le secteur.

"Des ordres de grandeur qui donnent le tournis". Cette phrase de Frédéric Gagey, le directeur financier d'Air France illustre le choc vécu par le secteur aérien en 2020, un secteur terrassé par la pandémie du covid et sonné par les pertes financières qu'elle a provoqué. Un secteur aujourd'hui méconnaissable qui ne sait même pas si le rebond aura lieu. Illustrations en quelques chiffres.

• -66%

C'est la perte de trafic passager mondial en 2020 selon l'association IATA qui réunit les acteurs du secteur. Avec 1,8 milliard de passagers, le secteur est retombé à son niveau de 2003. Le trafic international a été plus touché (-75,6%) que les liaisons intérieures (-48,8%).

Il s'agit du manque à gagner en chiffre d'affaires de toutes les compagnies aériennes de la planète. Soit une perte globale de 118 milliards de dollars.

• -70 millions

En 2020, Air France-KLM a fait voyager 67,3% des passagers de moins qu'en 2019, une tendance aggravée lors du seul quatrième trimestre (-75,9%), soit pas moins de 70 millions de passagers en moins. Du jamais vu.

• 40

Malgré les aides massives: 173 milliards de dollars (dont 10 milliards d'euros pour Air France-KLM), 40 compagnies aériennes ont disparu", selon le directeur général de l'Iata Alexandre de Juniac.

La casse sociale est rude, en Europe, quelque 18.000 postes de pilotes sur 65.000 ont été supprimés ou sont menacés, selon l'European Cockpit Association; aux Etats-Unis, des dizaines de milliers d'emplois dans l'aérien sont en sursis.

• 3400

C'est le nombre d'appareils que les compagnies aériennes ont mis à la retraite dont 2400 de manière anticipée compte tenu de la situation.

• 12 milliards de dollars

Soit la perte abyssale de Boeing en 2020. Les compagnies aériennes ont évidemment stoppé leurs achats d'aéronefs. Les livraisons, moment où les compagnies payent la majorité du prix de l'avion, se sont effondrées tandis que la production a violemment freiné comme chez Airbus qu'il la réduit de 40%.

• 112 milliards

Avions en berne, aéroports à l'arrêt. Selon le Conseil international des aéroports (ACI) qui fédère les gestionnaires de 1.933 équipements dans 183 pays, leurs pertes de revenus pour 2020 ont atteint 111,8 milliards de dollars.

Et de nombreux projets d'extension sont gelés comme le T4 de Roissy/Paris-Charles De Gaulle.

Olivier Chicheportiche avec AFP