BFM Business

La France dispose désormais de son centre de développement de voitures autonomes

Teqmo, le centre de développement et d'essai de voiture autonome installé sur le circuit de Linas-Montlhéry (Essonne).

Teqmo, le centre de développement et d'essai de voiture autonome installé sur le circuit de Linas-Montlhéry (Essonne). - UTAC-CERAM

Développer, essayer et certifier des voitures autonomes, c’est la mission de Teqmo, le nouveau centre d’essai dédié aux véhicules sans chauffeur inauguré ce lundi à Montlhéry, en région parisienne.

La France dispose désormais de son centre de développement de voitures autonomes. Ce lundi a été inauguré sur le circuit de Linas-Montlhéry (Essonne) Teqmo, un lieu dédié au test et développement de voitures sans conducteur.

Une ville, une autoroute, des zones de stationnement

Comme le centre Transpolis, installé dans l’Ain, ce nouveau centre d’essai recrée une ville fictive baptisée "Teqmoville", une autoroute, ou encore un circuit routier à double sens de circulation. Afin de mettre les véhicules face au maximum de situations, le centre d’essais dispose également de passages à niveaux, de zones de stationnement de cars, ou encore d’une zone de manœuvre, pour apprendre aux véhicules de stationner en épi ou en créneau.

Des robots de conduite, ou des cibles mobile (par exemple pour les tests de freinage d’urgence) sont disponibles sur le site, tout comme les dernières technologies comme le wifi ou la 5G, nécessaires à la communication entre les véhicules.

Mais plus que des infrastructures, le centre Teqmo doit aussi offrir aux constructeurs et équipementiers l’accès à des équipes d’ingénieurs spécialistes de la voiture autonome. Ce centre doit en effet permettre la mise au point de normes accompagnant l’arrivée progressive sur le marché de ces technologies, ainsi que la certification de ces véhicules.

Faire de la France un leader de la voiture autonome

Au total, douze kilomètres sont dévolus au développement de la voiture autonome. Ce projet a coûté 20 millions d’euros, et s’inscrit dans les activités de l’UTAC-CERAM. C’est notamment cet organisme qui homologue les nouveaux véhicules, ou travaille sur des projets de sécurité routière.

Parmi les partenaires du projet se trouvent des constructeurs comme Renault et PSA, le spécialiste de la cartographie Here, les spécialistes des télécoms Bouygues, Orange ou Ericsson, mais aussi l’équipementier Valeo ou encore l’institut Vedecom, et le fabricant de navette Navya.

Les ministres de l’Economie et de la Transition énergétique Bruno Le Maire et François de Rugy ont inauguré le centre, en présence de la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse.

"L’industrie automobile, et la voiture de façon générale, font partie de notre patrimoine culturel, a ainsi expliqué Bruno Le Maire à Montlhéry. Ce n’est pas un objet comme un autre, il y a un attachement de la part des Français, que je partage, comme objet, comme synonyme de liberté, comme synonyme de déplacement, de découverte. Cette découverte doit aussi être technologique, et il faut que nous restions au premier rang de l’industrie automobile mondiale".

L’inauguration de Teqmo fait suite au plan d’Emmanuel Macron de 2018, pour transformer la France en leader de la voiture autonome.

Pauline Ducamp