BFM Business

En Espagne, un ex-employé de Mercedes détruit une cinquantaine d'utilitaires de la marque

L'ex-employé aurait détruit une cinquantaine de véhicules à l'aide d'une tractopelle.

L'ex-employé aurait détruit une cinquantaine de véhicules à l'aide d'une tractopelle. - Twitter @aldamu_jo

Un ancien employé de l'usine Mercedes de Vitoria a détruit les véhicules grâce à une tractropelle qui aurait été volée dans une autre entreprise. Le préjudice est estimé entre deux et cinq millions d'euros.

Dans sa vie professionnelle, on conseille souvent de se séparer en bons termes avec son entreprise. Ce n'est visibement pas le cas pour un ex-employé de l'usine Mercedes de Vitoria, capitale du Pays basque en Espagne.

A l'aide d'une tractopelle, l'homme aurait détruit une cinquantaine d'utilitaires fraîchement sortis des lignes d'assemblage de son ancienne usine, a appris ce mardi 5 janvier l'AFP auprès de la police régionale.

Massacre à la tractopelle

"Il a volé un tractopelle" dans une autre entreprise, située à 21 kilomètres du site de Mercedes, a détruit un portail de l'usine du constructeur allemand avant de "foncer avec le véhicule sur une cinquantaine d'utilitaires stationnés sur le parking" dans la nuit du 30 au 31 décembre, a indiqué la police.

Iñaki Andres Lozares, représentant syndical au sein de l'usine du constructeur allemand, évoque de son côté 69 utilitaires endommagés au total. La direction de l'usine n'était pas joignable dans l'immédiat.

Un utilitaire retourné sur un autre et d'autres complètement cabossés apparaissent sur des photos diffusées par des médias locaux et sur les réseaux sociaux.

L'homme, âgé de 38 ans, est un ancien employé de Mercedes. Certaines sources, comme le tweet ci-dessus, évoquent un licenciement très récent, "dans les derniers jours de 2020", mais, d'après Iñaki Andres Lozares, le contrat avec le constructeur s'était terminé fin 2017.

Il ressentait de la frustration, non seulement à l'égard de la direction mais aussi des employés (...) Il a essayé d'entrer dans les installations de montage" de l'usine avec sa tractopelle, témoigne le syndicaliste, l'un des 5000 employés du site.

Les dommages pour Mercedes s'élèveraient entre deux et cinq millions d'euros, selon des sources au sein de l'entreprise citées par la presse locale.

Julien Bonnet avec AFP