BFM Tech

Un site d'analyse d'ADN utilisé pour retrouver des meurtriers

-

- - Sous licence Creative Commons CC0

Une entreprise américaine qui fournit des tests ADN en kit encourage les amateurs de généalogie à partager leurs résultats pour aider le FBI à résoudre certaines affaires.

"Aidez-nous à attraper les meurtriers". Une publicité de Family Tree DNA, une entreprise de généalogie très réputée aux Etats-Unis, soulève de nombreuses questions. On y voit Edward Smart, père d’une jeune fille enlevée en 2002, demander à toutes les personnes ayant fait un test ADN auprès d'entreprises concurrentes comme 23andMe ou Ancestry.com, de télécharger une copie des résultats et de la fournir à Family Tree DNA. Ces données seront ensuite partagées avec la police pour faciliter la recherche des coupables, révèle le MIT Technology Review.

Des données partagées sans consentement 

Ces entreprises très populaires proposent des tests ADN en kit à faire soi-même pour retracer ses origines. Selon le MIT, 26 millions de personnes y ont eu recours. Mais le sujet est sensible. En janvier, Buzzfeed révélait que Family Tree DNA partageait déjà les données de ses clients avec le FBI, sans leur accord. L'entreprise a reconnu les faits peu de temps après. Grâce aux profils génétiques fournis par Family Tree DNA, la police a ainsi pu comparer l’ADN de criminels non identifiés avec ceux de millions d’amateurs de généalogie.

Des affaires résolues grâce à ces données 

L'année dernière, l'identification de Joseph DeAngelo, soupçonné d’être le tueur du Golden State, grâce à des données ADN fournies par les citoyens, a révélé le potentiel de ces informations. Pour résoudre cette affaire près de 40 ans après les faits, la police avait utilisé les données disponibles en open source du site GEDmatch. En comparant l'ADN du tueur avec les données du site, la police a pu identifier des proches. Elle a ensuite enquêté dans leur entourage pour trouver une personne correspondant à la description physique du tueur. C'est ainsi que Joseph DeAngelo a été retrouvé. Depuis, cette technique a été utilisée dans d'autres affaires. Il y a quelques jours, la police de San Diego a résolu un meurtre de 1979 grâce à ce procédé. 

Depuis les révélations de Buzzfeed, Family Tree DNA permet à ses utilisateurs de refuser le partage de leurs données avec la police. Cette option est automatiquement désactivée pour les utilisateurs européens. Pour rappel, les recherches ADN sont strictement encadrées en France. Mais ces règles sont contournées, les entreprises n'étant pas immatriculées dans l'Hexagone. Les analyses ne sont pas réalisées sur le sol français et les résultats sont accessibles en ligne sur des bases de données hébergées à l’étranger.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech