BFM Tech

Pourquoi Tinder a banni des utilisateurs qui soutenaient le mouvement Black Lives Matter

Logo de l'application Tinder

Logo de l'application Tinder - JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Plusieurs utilisateurs de Tinder ont été bannis après avoir encouragé à soutenir le mouvement Black Lives Matter. Selon Tinder, ces sanctions sont liées au règlement du service, mais il sera désormais possible d'afficher son soutien au mouvement.

Utiliser Tinder pour collecter des fonds en soutien aux manifestations contre les violences policières et au mouvement Black Lives Matter ne sera plus interdit. Cette déclaration intervient alors que BuzzFeed News a recensé les témoignages de plusieurs utilisateurs bannis de Tinder pour avoir incité d’autres personnes à signer des pétitions ou à faire des dons. 

Selon un porte-parole de l’application, ces couacs sont liés aux conditions d'utilisation du service de rencontre, qui autorisent ses équipes de modération à supprimer des comptes utilisés à des fins promotionnelles.

Si cette solidarité avec les manifestants était jusque-là assimilée à ce mésusage de la plateforme, Tinder, qui a exprimé son soutien au mouvement Black Lives Matter sur les réseaux sociaux, annonce accorder une exception à son règlement pour que ses membres puissent faire de même.

Une Américaine de 23 ans aurait initié le mouvement. Dans une vidéo TikTok devenue virale, elle explique avoir réclamé à ses prétendants la preuve d’un don en faveur d'associations contre les discriminations raciales pour accepter d'engager la conversation.

De nombreux autres utilisateurs l’ont imitée, allant même jusqu’à offrir des “nudes” (un selfie dénudé) en échange d’un don. Toutefois, la nudité étant bannie de Tinder, les comptes proposant de tels clichés en description sur leur profil risquent de voir leur proposition supprimée. Pour rappel, il est impossible d'échanger des images dans l'application, il faut obligatoirement basculer sur un autre service comme Snapchat ou Instagram pour le faire. 

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech