BFM Business

Le "Google du dark Web" existe, et il est français

La société française Aleph Networks a mis au point une solution pour indexer le "dark Web", cette partie du Web accessible via des logiciels spécifiques, et y naviguer plus facilement.

Les tréfonds du Web restent obscurs pour la plupart des internautes. Le "dark Web", cet espace numérique non indexé par les moteurs de recherche classiques, nécessite une connexion via un logiciel spécifique -dont Tor reste le plus connu- et de connaître l'intégralité de l'adresse à laquelle se rendre. Cette dernière prend généralement la forme d'une longue suite de chiffres et de lettres suivie d'un ".onion" ou ".i2p".

Pour mieux naviguer dans cet espace principalement connu pour les activités illicites qu'il héberge, Aleph Networks a mis au point une solution permettant de retrouver des adresses par mots clés, relève l'AFP ce 27 décembre. "Nous indexons la quasi-totalité du dark web", fait ainsi savoir Céline Haéri, cofondatrice de la start-up française.

1,4 milliard de liens

Afin de débroussailler le dark Web, Aleph Networks indique avoir indexé et stocké des millions de pages internet en 70 langues différentes, à la manière de ce que font déjà Google ou Bing (Microsoft) pour le Web classique. En cinq ans, l'entreprise a répertorié 1,4 milliard de liens et 450 millions de documents sur 140.000 sites différents.

Sa technologie se destine pour le moment essentiellement aux milieux juridiques et militaires. La société lancée en 2012 a d'ailleurs trouvé ses premiers clients auprès de l'armée. Elle a été retenue par le laboratoire de la Direction générale de l'armement (DGA) pour travailler avec le ministère de la Défense. Bercy et le Ministère de l'intérieur comptent depuis parmi ses autres clients, rapportait L'Express en janvier 2017. 

Le logiciel permet par ailleurs de visualiser et de cartographier les liens d'influence entre sites. L'an prochain, il devrait intégrer une couche d'intelligence artificielle pour analyser automatiquement les images et reconnaître les messages qu'elles comportent.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech