BFM Tech

Facebook dément toute violation de la vie privée

Mark Zuckerberg, patron de Facebook

Mark Zuckerberg, patron de Facebook - -

Plusieurs utilisateurs français ont rapporté un bug publiant sur leur timeline leurs messages privés. Faux rétorque Facebook.

Les utilisateurs français de Facebook victime d'une hallucination collective ? Alors que plusieurs d'entre eux assuraient sur Twitter qu'un bug publiait par erreur leurs messages privés sur leur timeline publique, Facebook a réagi lundi en démentant cette information révélée par le site du journal Metro.

"Un petit nombre d'utilisateurs ont fait part de leurs préoccupations concernant ce qu'ils ont pris par erreur pour des messages privés apparaissant sur leur 'journal' (mur)", selon un porte-parole du groupe, réagissant après les multiples commentaires sur les réseaux sociaux sur ce qui serait un bug d'importance.

"D'anciens messages" assure Facebook

"Nos ingénieurs ont étudié ces cas et constaté que ces messages étaient en réalité d'anciens messages postés sur les murs qui ont toujours été visibles sur les profils des utilisateurs. Facebook affirme qu'il n'y a aucune atteinte à la vie privée des utilisateurs", a-t-il poursuivi.

Un peu plus tôt, Metro avait annoncé que plusieurs messages privés avaient été publiés sur les "murs" des utilisateurs français. "Il peut s'agir de messages en Inbox ou de conversations sur le chat interne à Facebook. Ces messages se retrouvent mélangés à des commentaires des amis sur le wall", expliquait le site.

"Facebook n'efface rien"

Frédéric Simottel, rédacteur en chef de 01 Informatique et spécialiste des nouvelles technologies sur BFMTV, explique que, au-delà de la question du bug qui n'est pas avéré, "ça veut dire que facebook n'efface rien. Les éléments supprimés sont simplement masqués à l'exception des photos depuis une semaine."

Impossible pour le moment de connaître l'étendue du problème, "pour l'instant c'est seulement signalé en France" détaille-t-il, mais "les Américains sont seulement en train de se réveiller." A suivre donc.

BFMTV avec AFP