BFM Business

Des salariés Amazon nous écoutent… et ont aussi notre adresse

L'enceinte connectée Amazon Echo

L'enceinte connectée Amazon Echo - Amazon

L’entreprise américaine fait appel à des milliers de travailleurs pour améliorer son assistant virtuel Alexa. Bon nombre d’entre eux ont accès à des données sensibles sur les clients.

En moins d’une minute, un salarié d’Amazon ayant eu accès à nos conversations privées peut voir s’afficher à l’écran une vue satellite de notre logement. C’est la démonstration faite par l’un d’entre eux -sous couvert d’anonymat- au site américain Bloomberg. Début avril, le même média rapportait que des milliers d’employés de l’entreprise, disséminés en Inde, au Costa Rica ou en Roumanie, écoutaient une partie des interactions des clients avec Alexa, son assistant virtuel, dans le but d’améliorer sa fonction de reconnaissance vocale. On retrouve ce compagnon virtuel dans les millions d’enceintes connectées vendues par l’entreprise au sein de la gamme Echo.

Un accès aux coordonnées GPS

Lors de sa première enquête, Bloomberg découvrait qu’à la différence de Google et Apple, qui font également appel à des humains pour aider la machine à reconnaître certains termes complexes, Amazon partageait avec ses salariés des informations telles que le numéro de série de l’enceinte connectée, ou encore le numéro de compte du client.

Après avoir mené une nouvelle série d’entretiens, Bloomberg affirme que des employés ont par ailleurs accès aux coordonnées GPS liées à l’adresse postale des utilisateurs. Des données qu’il suffit d’intégrer à une application de cartographie -comme Google Maps- pour voir aussitôt s’afficher l’emplacement du domicile en question.

Face à ces nouvelles révélations, Amazon fait évoluer sa défense. Le 10 avril, la firme expliquait que les employés n’ont pas “un accès direct qui permet d’identifier un individu ou un compte”. Désormais, elle précise à Bloomberg que “les accès aux outils internes sont très contrôlés”, et que sa politique “interdit strictement aux employés d’accéder aux données des utilisateurs pour toute autre raison (que pour améliorer l’intelligence artificielle d’Alexa, ndlr)”.

Des informations indispensables à Amazon

Si l’accès est théoriquement encadré, les salariés peuvent en pratique associer une conversation privée à une adresse. Lors de sa première enquête, Bloomberg mentionnait le cas d’un fichier sonore que plusieurs salariés avaient interprété comme lié à une agression sexuelle. Interpellée, leur hiérarchie avait décidé de ne pas réagir à la situation.

Obtenir l’adresse postale des utilisateurs est pourtant indispensable pour Amazon. Parmi les principaux services proposés par Alexa, la livraison de repas ou la commande de taxi nécessitent de telles données. Bien souvent, l’entreprise a à sa disposition l’adresse de livraison renseignée par le client.

D’après les témoignages recueillis par Bloomberg, de nombreux salariés travaillant sur l’amélioration d’Alexa pourraient avoir accès à l’adresse postale des utilisateurs. Un nombre plus restreint de ces salariés auraient eu accès à des informations supplémentaires, comme le numéro de téléphone de certains clients.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech